L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
16 octobre 2018

Marathon Desjardins de la Vallée de la Rouge

«Rivière-Rouge, c’est mon parcours préféré» - Maxim Martin

L’humoriste Maxim Martin a couru son demi-marathon le 7 octobre et au terme du parcours, il a confié à L’information du Nord que son passage dans la région ne serait peut-être pas le dernier.

Ronald Mc Gregor , journaliste

L’animateur Jacques Galarneau, présent à chaque édition du Marathon Desjardins de la Vallée de la Rouge depuis des années, s’est entretenu à quelques reprises avec l’humoriste Maxim Martin, porte-parole de la 7e édition.
L’animateur Jacques Galarneau, présent à chaque édition du Marathon Desjardins de la Vallée de la Rouge depuis des années, s’est entretenu à quelques reprises avec l’humoriste Maxim Martin, porte-parole de la 7e édition.
© Photo L’information du Nord – Ronald Mc Gregor

Maxim Martin a terminé 10e avec un temps de 1h48:32. «Génial, j’ai battu mon record personnel. Le plus important dans le fond, c’est d’avoir battu le journaliste Dominic Arpinde 10 secondes au demi-marathon», a-t-il lancé. Une saine compétition semble exister entre eux.

L’humoriste n’en est donc pas à une première participation à un marathon: il en a couru un complet (42,2 km) et il compte plus d’une vingtaine de demi-marathons à son actif.  «Depuis quelques années, j’ai ajouté des triathlons, le défi Ironman. J’ai du fun», confie-t-il.

Coup de coeur

Le coureur fait l’éloge de sa journée et du parcours de Rivière-Rouge. «La température était parfaite, le décor de toute beauté. Je peux dire officiellement que Rivière-Rouge, c’est mon parcours préféré», a affirmé Maxim Martin. Après une pause il poursuit en réflexion sur son trajet: «C’est ça la course: tu ne sais jamais comment ça va tourner. Parfois, tu t’entraînes mal, et tu as un bon pointage; d’autres fois, tu t’entraînes bien, ça ne va pas bien. Cette semaine, je n’ai pas eu la chance de m’entraîner comme je le voulais et j’ai dit à tout le monde que j’allais courir en touriste, en moins de deux heures.» C’est fait.

À son arrivée, la veille, il a visité le terrain et avait hâte d’être du départ le lendemain. «J’aime courir et me retrouver dans ma bulle. C’est exactement ça que j’ai vécu à Rivière-Rouge. Pour moi, c’est gagnant.»

Familier avec la région

La direction du marathon avait approché Maxim Martin au printemps dernier. «Mon horaire était incertain pour l’automne et finalement des choses se sont déplacées au moment parfait, ce qui m’a permis d’être ici. Beau hasard, car je termine ma saison de marathon la semaine prochaine à Québec.» Il ne peut promettre d’être là l’an prochain, le travail oblige, mais des efforts seront investis pour revenir. «J’adore l’intimité de l’événement. Ici, c’est un parcours de toute beauté pour un coureur: c’est plat, ça monte un peu et ça descend, puis l’ambiance! Vous avez un beau coin de pays pour un tel événement.»

«Rivière-Rouge, L’Annonciation dans le temps, ce n’est malheureusement pas l’endroit où l’on s’arrête lors des tournées parce que vous êtes situés entre Mont-Tremblant et Mont-Laurier. Mais je connais le coin. Je m’ennuie même de l’époque quand la 117 passait dans les villages. J’arrêtais toujours à Labelle dans le petit parc pour une pause en route. C’est une région que je connais bien.»

Le prochain spectacle de Maxim Martin se tient au Cabaret BMO, à Sainte-Thérèse le 1er novembre.

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer