L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
2 octobre 2018

Vaincu dans Labelle

Sylvain Pagé cède sa place avec émotion

Par Kathleen Godmer. Le député sortant dans la circonscription de Labelle, Sylvain Pagé, vaincu par la Coalition Avenir Québec (CAQ) au soir du 1er octobre, a vécu une soirée riche en émotions avec son équipe, ses proches et quelques fidèles partisans réunis à Mont-Laurier.

En fin de soirée, le député sortant Sylvain Pagé a été accueilli par sa mère de 96 ans, qui s’était déplacée spécialement pour venir le serrer dans ses bras.
En fin de soirée, le député sortant Sylvain Pagé a été accueilli par sa mère de 96 ans, qui s’était déplacée spécialement pour venir le serrer dans ses bras.
© Le Courant des Hautes-Laurentides – Kathleen Godmer

À son arrivée à son local de campagne, M. Pagé a été accueilli par des acclamations et des larmes. Il avait lui-même une boule dans la gorge lorsqu’il a pris la parole.

Après 17 ans comme député du Parti Québécois (PQ) dans Labelle, M. Pagé, qui visait un 7e mandat, doit maintenant laisser la place à Chantale Jeannotte de la CAQ qui a remporté l’élection avec 2% des suffrages de plus. Seulement 599 votes séparaient M. Pagé de la victoire. En effet, 36,59% des votes sont allés à la CAQ contre 34,73% au PQ. Dans le comté de Labelle, on votait péquiste depuis 29 ans, c’est donc un grand changement qui s’amorce.

Beaucoup d’émotion

Sylvain Pagé avouait être très émotif face à tous les enjeux pour lesquels il s’est énormément investi et qui lui tiennent à cœur. Il a toujours cru que la mobilisation était plus forte que l’opposition. Ayant toujours voulu travailler de pair avec les partenaires du milieu ainsi qu’avec les gouvernements en place, il s’est dit encore trop jeune et trop plein d’énergie pour ne plus s’impliquer.

M. Pagé a affirmé avoir la région tatouée sur le cœur. Considérant que cette dernière a encore trop besoin d’avancer et qu’il y a encore trop de gens qui ont des difficultés et besoin d’être supportés, il souhaite partager ce qu’il a acquis comme expériences et compétences. À ses yeux, il y a encore des causes qui débordent nettement des enjeux locaux.

«Tout ce qui a pu se promettre pendant la campagne ne voudra plus rien dire si dans x nombres d’années la planète n’est plus vivable, c’est tellement important qu’il faut s’en préoccuper localement, mais sur la scène nationale aussi», expliquait-il.

Ce passionné reste soucieux de ce qui adviendra du travail entamé et désire collaborer avec la nouvelle députée ainsi qu’avec les différents comités mis en place durant ses mandats.

Pas vraiment surpris

«Je n’ai pas été tellement surpris du résultat. Dans les dernières journées, j’ai vraiment senti, après le débat, ce fameux jeudi soir à 20h13, quand Jean-François Lisée s’est gouré carrément, qu’il y avait une côte à remonter. De plus, les gestes qu’il a posés dans les heures et les jours qui ont suivi n’ont pas aidé, au contraire. Quand j’ai vu la pente ascendante pour la CAQ, je voyais bien que le 15-20% qui restait d’indécis pouvait suivre et c’est ce qui est arrivé», expliquait M. Pagé.

Depuis le début de la campagne, en discutant avec ses proches, il avait affirmé que si le pourcentage national n’était pas plus élevé que 18%, il aurait des chances, mais le tout s’est conclu avec un écart de 21% entre la CAQ et le PQ sur la scène nationale.

«Je savais que je jouissais d’une majoration supplémentaire. En fait, j’ai environ 18% de plus que le Parti Québécois, mais ce n’était pas suffisant», a-t-il confié.

Le député sortant disait avoir beaucoup aimé la campagne électorale et son déroulement jusque dans les derniers jours où il a senti que les choses devenaient difficiles. Ce qui lui a particulièrement plu vient du fait que c’était un moment pour rencontrer les gens, pour aller leur parler chez eux et surtout pour les entendre s’exprimer. Pour lui, toutes ces rencontres venaient confirmer qu’il faut continuer d’agir.

Partager:

À ne pas manquer