L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
23 octobre 2018

À la bibliothèque municipale le 2 novembre

Les mythiques frères Gagné de retour à Rivière-Rouge

Errol, Serge et Jean Gagné, frères dans la vie et dans la première grande vague de la contre-culture au Québec, reviennent à Rivière-Rouge pour présenter leur livre Mesureur de maux.

Ronald Mc Gregor , journaliste

Trois grands de la contre-culture québécoise, les frères Gagné: Errol, Serge et Jean. Ils sont de passage à la bibliothèque municipale L’Annonciation-Marchand pour présenter leur ouvrage Mesureur de maux.
Trois grands de la contre-culture québécoise, les frères Gagné: Errol, Serge et Jean. Ils sont de passage à la bibliothèque municipale L’Annonciation-Marchand pour présenter leur ouvrage Mesureur de maux.
© Photo gracieuseté

Originaires du Saguenay, les frères Gagné ont vécu à Montréal dès leur vingtaine et deviennent témoins de l’importante scène contre-culturelle qui bourgeonne, un sujet abordé dans le livre. Les frères connaissent bien les Patrick Straram, le Bison Ravi, le grand prêtre de ce mouvement, Pierrot (le Fou) Léger, les poètes Denis Vanier (Langue de feu) et Josée Yvon, l’artiste et sculpteur Armand Vaillancourt, le rockeur sanctifié et poète Lucien Francoeur et l’illustre Louise Forestier. Entre autres.

Un livre d’histoire

Mesureur de maux, écrit par Jean, est illustré et commenté par Serge. Errol agrémente l’ouvrage de photos. Chez Éditions Charlevoix, spécialisés dans les œuvres d’histoires, on décrit cette livraison comme: «une page d’histoire inédite... leur vie, leurs élans passionnés, leurs rêves, beaucoup de leurs amis, de leurs moments intimes, leurs joies et leurs déceptions, toute une époque qui vibre et revit grâce à eux.» C’est un pan riche de l’histoire du Québec qui demande à être connu en parallèle avec les sentiers battus par les Beau Dommage, Harmonium, Jean-Pierre Ferland, Claude Dubois, Michel Tremblay, eux qui sont issus de la souche populaire.

La contre-culture

Les balbutiements de la contre-culture remontent à la suite de la 2e Guerre, aux États-Unis, alors qu’un noyau d’écrivains maintenant célèbres, William Burroughs, Allen Ginsberg, Gregory Corso et le grand Jack Kerouac (né de parents québécois) se forge autour de ce qui sera la Beat Generation.

À la fin des années 50, les préceptes de la Beat seront mal interprétés avec les beatniks, qui n’ont aucun lien avec le mouvement avant de devenir eux-mêmes des hippies vers le milieu des années 1960. C’est à cette époque que Robert Charlebois va en Californie, et peu après Patrick Straram, voyage qui teintera leur œuvre de cette mouvance. Il n’en faut pas plus pour que les Vanier, Des Roches, Francoeur, Yvon et Léger, se reconnaissent en ce mouvement. Comme les frères Gagné.

@R:À la bibliothèque L’Annonciation/Marchand, Errol, qui a habité Rivière-Rouge pendant des années, profitera de l’occasion pour raconter, en musique et paroles improvisées, ses impressions et anecdotes autour de cette création littéraire importante pour ce chapitre de la culture québécoise. La rencontre se tient le 2 novembre dès 17h à la bibliothèque de L’Annonciation/Marchand, 230, rue L’Annonciation Sud.

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer