L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
9 janvier 2019

Environnement

La pêche au grand lac Nominingue sous la loupe

Même si l'hiver est bien installé, les amateurs de pêche de la région pensent déjà aux prochaines saisons à titiller le poisson. Différents représentants d’associations de la région de Nominingue rencontraient en effet le 14 décembre à Mont-Tremblant le ministère des Forêts, de la Faune et des Parc (MFFP) pour discuter de quatre sujets tirés de la rencontre sur la revitalisation du grand lac Nominingue de février 2018.

Ronald Mc Gregor , journaliste

La pêche au grand lac Nominingue pourrait changer sous certains aspects d’ici deux ans.
La pêche au grand lac Nominingue pourrait changer sous certains aspects d’ici deux ans.
© Photo gracieuseté - ACPN

L’Association de Chasse et Pêche de Nominingue (ACPN), l’Association des résidents du Grand Lac Nominingue (ARGLN), l’Organisme de bassins versants des rivières Rouge, Petite Nation et Saumon (OBV RPNS) et la municipalité de Nominingue étaient notamment autour de la table.

Les représentants de la municipalité demandaient le titre de lac d’exception pour le grand lac Nominingue. Selon le porte-parole de l’ACPN, Bertrand Saint-Jean, « cette appellation obligeait le grand lac à ouvrir sa saison de pêche après tous les autres lacs de la région réduisant du fait même la durée de l’activité de pêche sur le grand lac. Depuis l’application de la règle du « zéro gardé » pour le touladi, une façon de protéger l’espèce, il n’est plus nécessaire que le grand lac soit un lac d’exception. De plus une ouverture normale, comme les autres lacs, permettrait la capture du corégone qui abonde à Nominingue. Le MFFP fera les démarches d’ici un an ou deux pour retirer le titre de lac d’exception au grand lac. »

Ouananiche

La ouananiche qui fraye dans le ruisseau Jourdain nagera dans le grand lac dès ce printemps, dit-on, et sera prête pour la pêche à la suite à de l’ensemencement il y a trois ans.

Bertrand Saint-Jean explique que la règlementation actuelle autorise trois prises « à chaque sortie de pêche, ce qui n’aide pas la ouananiche à reprendre le dessus. L’ACPN demandait alors de réduire à une prise la possession par sortie de pêche. » Le ministère a accepté la requête affirmant que la survie de l’espèce sera pour le mieux, une démarche qu’il amorcera d’ici deux ans puisqu’il faut ajuster le règlement en vigueur pour une période qui reste à déterminer.

Déclin du touladi

Le déclin du touladi depuis les dernières décennies dans le grand lac est connu. Le sujet de l’ensemencement a été amené et l’ACPN et les acteurs présents le 14 décembre expriment la volonté d’unir leur force pour rétablir l’espèce.

« Les représentants du MFFP, ajoute M. Saint-Jean, se disent ouverts à collaborer et possiblement conseiller un groupe de recherche qui se pencherait plus en profondeur sur ce dossier. Des démarches pour évaluer la possibilité d’une collaboration avec le milieu universitaire seront mises de l’avant en 2019. L’implication des commerçants locaux, comme le camping et les acteurs de la région, ainsi que des pêcheurs locaux, contribuerait aussi à analyser la situation et à trouver la raison de ce déclin. » Le MFFP ne ferme pas la porte à l’ensemencement du touladi, rajoute le porte-parole, « surtout en période de reproduction ce qui pourrait nous éclairer sur les problématiques en lien avec la reproduction de cette espèce. »

Pêche blanche

L’APCN et ses collaborateurs ont par ailleurs présenté un projet de pêche blanche sur une zone restreinte du grand lac pour une activité optimale. Des raisons ont poussé ce raisonnement et des dispositions ont été suggérées afin que l’on évite un débordement de situation qui causerait un préjudice aux résidants du lac.

« Le MFFP a reçu notre demande pour une zone restreinte de pêche se situant dans La Baie du Camping La Baie du Soleil (possédant les infrastructures sanitaires) et vérifiera la possibilité d’un tel projet auprès des autorités supérieures », indique Bertrand St-Jean.

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer