L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
9 janvier 2019

Vivre un amour inconditionnel avec des mini-cochons

Vicki Émard et son conjoint vivent quotidiennement avec deux mini-cochons dans la maison: Betty et Roger. C’est comme avoir deux enfants.

Ronald Mc Gregor , journaliste

Vicki Émard est en amour avec les mini-cochons. Et c’est réciproque.
Vicki Émard est en amour avec les mini-cochons. Et c’est réciproque.
© Photo L’information du Nord – Ronald Mc Gregor

La première question à Vicki Émard c’est celle que tous se posent: pourquoi des mini-cochons au lieu d’un chat ou d’un furet?

« Chats et chiens, j’en ai eu. Tout le monde connaît ça les mini-cochons, car c’est de plus en plus populaire et les vidéos sur les réseaux sociaux le prouvent. C’est ainsi que mon intérêt s’est développé. J’ai perçu l’intelligence de l’animal et j’en voulais un. »

Il y a la femelle Betty et le mâle Roger (qui ont leur site Facebook: Betty et Roger les cochons miniatures). Betty est de taille adulte semblable à un bulldog. Elle pèse 55 livres. Vicki Émard indique qu’il faut toujours diviser par deux, donc 55 livres c’est l’équivalent d’un chien de 27,5 livres.

Des cochons bien humains

Les gens croient que le cochon vietnamien et le mini-cochon sont du même gabarit. Le premier est de loin plus gros et souvent plus agressif et le dernier est un animal domestique non-violent. « Tu peux mettre un enfant à ses côtés sans problème. De plus, il possède l’intelligence d’un enfant de 4 ans. Tu l’élèves tôt et il peut jouer du petit piano, se coucher ou s’asseoir à la demande. »

Betty et Roger aiment bien la chaleur, le contact humain et leurs réactions sont parfois humaines. « C’est quelque chose de voir un mini-cochon pleurer, car comme nous, les larmes coulent. Ça me fascine. »

Paradoxalement, un mini-cochon c’est propre. « Tu choisis si tu veux qu’il soit propre à l’intérieur ou à l’extérieur. Moi, c’est l’intérieur, sur un "pipi pad". »

Gardienne

Quand on possède plus d’un mini-cochon, le jeu de dominance s’installe au départ. À la visite du journal chez Mme Émard, elle en gardait cinq de plus pour quelques jours, dont deux de l’Ontario. Ça en fait sept à la maison pour quelques jours. Oui, le jeu de la dominance est là, mais la gardienne est bien stricte: c’est l’humain qui est avant tout le dominant. « Pour mes deux, c’est réglé. »

Le nom de Vicki Émard circule un peu partout, car c’est une rare gardienne de ce type d’animal. Les propriétaires eux n’ont pas acheté leur animal n’importe où. Vicki Émard veut être clair sur les charlatans qui vendent de faux mini-cochons à des sommes ridicules sur des sites comme Kijiji ou LesPAC. Ces cochons de race ne se vendent pas sur ces sites puisqu’il n’y a que deux éleveurs au Québec.

« On signe des contrats avec l’éleveur, le mien est de Shipshaw (cochonsminiatures.com), qui nous demande de retourner l’animal si pour des raisons X, on ne peut plus le garder. Car c’est dispendieux un mini-cochon, un vrai, il n’y a pas de rabais. »

« Tout ça pour dire que tu ne peux pas avoir un mini-cochon pour parure, car il va mourir. C’est un amour inconditionnel de mon côté. »

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer