L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
15 octobre 2019

Son rapport de l’IRIS

Alexandre Bégin remet les pendules économiques à l’heure

Un homme du secteur Sainte-Véronique, Alexandre Bégin, a fait les manchettes récemment lors de la publication de son rapport de recherche sur la situation budgétaire du Canada. Parmi les chercheurs de l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS), il affirme que la dette actuelle ne devrait pas inquiéter le prochain gouvernement ni les citoyens. 

Ronald Mc Gregor , journaliste

Alexandre Bégin, coauteur d’une étude publiée par l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) au sujet de la dette du Canada.
Alexandre Bégin, coauteur d’une étude publiée par l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) au sujet de la dette du Canada.
© Photo gracieuseté Facebook Alexandre Bégin)

La Presse comme LCN a relaté les grandes lignes du rapport, et ce, en pleine campagne électorale. « Ça faisait au moins huit mois que l’on travaillait sur le rapport. On savait que ça sortirait durant la campagne. Il ne restait qu’à espérer que la dette nationale serait un sujet de la course. Je crois qu’il y a eu un écho médiatique important », confie l'étudiant à la maîtrise à L’information du Nord.

@R:Au moment d’écrire ces lignes, aucun politicien ne s’est avancé pour commenter ou jouer sur les chiffres avancés dans le rapport signé par Alexandre et le professeur Mathieu Perron-Dufour, du Département des sciences sociales de l’UQO et coauteur de l’étude publiée le 3 octobre.

« Notre but avant tout à l’IRIS, c’est de montrer aux médias et au public qu’il ne faut pas s’inquiéter de la dette du Canada », ajoute M. Bégin. Dans le rapport on lit que « les déficits accumulés actuels sont moins le résultat de dépenses dites "d’épiceries" que celui de dynamiques financières liées aux choix de la Banque du Canada en faveur d’une politique monétaire restrictive durant les années 1980 ».

Afin de mieux comprendre, M. Bégin présente l’exemple de l’importante dette de la Grèce qui vit avec une monnaie qui n’est pas sienne, l’Euro, comparé au Canada qui possède son dollar. « Quand tu dois de l’argent à un créancier, ce n’est pas comme une dette personnelle, je veux dire, un emprunt sur ton argent. Tu peux bouger l’argent, mais en Grèce, la dette est européenne ».

La communication

Ce qui a le plus marqué, M. Bégin, c’est la communication. « C’est mon 2e article pour l’IRIS, mais c’est la 1<@Re>re<@$p> fois que je participe de près à cette étape: préparer les communiqués, joindre les médias et se préparer pour répondre à toutes les questions, etc. »

C’est ainsi qu’il s’est trouvé dans La Presse et sur le plateau de LCN, quoique à l’arrière de la caméra puisqu’il a laissé les lumières à sa collègue Julia Posca.

La Presse a de son côté joint des spécialistes en économie et leurs réponses sont sensiblement les mêmes que celles soutenues dans le rapport: le pays est en bonne posture économique budgétaire et sa dette est relativement faible. Sur ce, Alexandre Bégin souligne: « Nous n’avons pas écrit ce rapport pour soutenir un parti ou un autre. On est neutre, nous, on travaille avec les chiffres qui existent, voilà tout ».

Rivière-Rouge à son tour?

Que tire Alexandre Bégin de cette expérience, lui qui est aux études à l’Université du Québec en Outaouais? « Je vais revenir en région après ma maîtrise en développement territorial. Je veux faire une étude sur Rivière-Rouge depuis la fusion. J’espère publier pour 2021 », confie-t-il.

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer