L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
15 octobre 2019

À l’Établissement de La Macaza

Haschich, alcool et antipsychotiques trônent au palmarès des saisies

Au cours des trois dernières années, les autorités ont effectué plus d’une quinzaine de saisies à la prison de La Macaza révèlent des données obtenues par L’information du Nord. Malgré d’importantes mesures de sécurité, certains sont prêts à tout pour tenter de faire entrer de façon illégale des substances interdites entre les murs de l’établissement.

Ronald Mc Gregor , journaliste

Des individus tentent de déjouer les autorités pour introduire des substances illicites dans les prisons comme dans cet exemple de produits saisis par le Service correctionnel du Canada dans un établissement fédéral.
Des individus tentent de déjouer les autorités pour introduire des substances illicites dans les prisons comme dans cet exemple de produits saisis par le Service correctionnel du Canada dans un établissement fédéral.
© (Photo gracieuseté - SCC)

Si les saisies ne sont pas légion, elles surviennent de temps à autre indiquent les statistiques d’avril 2016 à la fin septembre 2019 pour l’Établissement de La Macaza. Un phénomène loin d’être unique à la région, puisque pour la même période, des centaines de saisies ont été réalisées à l’échelle de la province, toutes substances confondues.

Selon les données obtenues par le journal à la suite d’une demande au Service correctionnel du Canada (SCC), on dénombre 23 saisies au total à l'établissement de La Macaza durant les exercices 2016-2017 à 2018-2019.

Au palmarès des items saisis par les agents correctionnels du SCC à La Macaza, quatre sont reliés à l’alcool (artisanal), quatre aux antipsychotiques et trois au THC (haschich. D’autres substances comme l’alcool (fermentation liquide), l’antidépresseur (sous différente forme), la cocaïne et l’opiacé, comptent pour moins de trois saisies chacune. 

Aucune saisie d’attirail en lien avec les drogues n’a été enregistrée pour l’établissement La Macaza dans le système de gestion des délinquants entre le 1<@Re>er<@$p> janvier 2017 et le 29 septembre 2019.

Ailleurs au Québec

Au cours de l’exercice financier 2017-2018, la SCC a effectué des saisies ailleurs au Québec dans ses établissements. Parmi les substances intoxicantes (drogues) au sommet du palmarès québécois se trouve l’alcool, qu’il soit distillé, artisanal ou en liquide de fermentation, tout ça pour 237 saisies.

La substance THC a toujours eu la cote en prison et celle qu’on trouve dans le haschich, la marijuana et le papier huile de cannabis compte pour 172 saisies. @R:L’antidépresseur a fait l’objet de 27 saisies, l’anti-inflammatoire/analgésique de 13, l’antipsychotique de 11 et le fentanyl, sous la forme de poudre, a pour sa part fait l’objet de cinq saisies.

Tolérance 0

Le SCC applique une politique de tolérance zéro à l’égard des drogues illicites dans les murs de ses établissements à travers le pays. Cela s’applique aussi pour les objets interdits et non autorisés. 

Parmi les moyens qui permettent de prévenir l’introduction de drogues illégales dans les murs de l’établissement, le SCC se dote d’outils comme les détecteurs ioniques et des chiens détecteurs de drogue pour la fouille de détenus et de visiteurs, d’édifices et de biens personnels. Pour la suite, s’il y a méfait, la SCC tranche clairement: « Le SCC travaille également en partenariat avec les corps policiers afin de prendre des mesures à l’endroit des personnes qui tentent d’introduire des objets interdits dans les établissements correctionnels ».

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer