L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
7 octobre 2019

Élections fédérales 2019

David Graham, candidat du Parti libéral du Canada

Enfant, il rêvait de faire carrière en tant que « bénévole professionnel »! Depuis, il a appris à faire la différence entre les gens qui « veulent être » et ceux qui « veulent faire ». Il se dit de la deuxième catégorie qui fait bouger les choses, et ce, depuis très jeune. Il souhaite un second mandat afin de faire avancer les projets encore en cours. Portrait d’un ruraliste convaincu. Par Hélène Desgranges/Collaboration spéciale.

Bilingue, David Graham se sent parfois comme un traducteur des besoins des régions auprès de ses collègues à Ottawa.
Bilingue, David Graham se sent parfois comme un traducteur des besoins des régions auprès de ses collègues à Ottawa.
© Photo gracieuseté

Il est né et vit toujours dans une ferme familiale de Sainte-Lucie-des-Laurentides. À 38 ans, les valeurs et sujets qui ont préoccupé ses parents font toujours partie de sa vie dont l’engagement.

Impliqué, il est bénévole à Nez rouge depuis six ans, mais son plus grand bénévolat, c’est depuis l’adolescence qu’il le pratique: il fait partie d’un organisme international qui propose à la communauté mondiale l’accès gratuit à des logiciels. L’accessibilité des services est quelque chose qui lui tient à cœur.

Patenteux, il précise néanmoins qu’il est un grand perfectionniste et s’est vite dirigé vers l’informatique. Journaliste informatique puis attaché politique pendant six ans, ces deux domaines se côtoient toujours dans sa vie actuelle. Avec plus de 20 ans en informatique, le jargon du domaine, il dit le connaître sur le bout des doigts. Lorsqu’il participe aux activités en lien avec le déploiement de l’Internet sur le territoire, il comprend exactement la portée de chaque étape et décision.

Objectifs et plateforme électorale

Il souhaite un deuxième mandat pour continuer à valoriser la région. « Si tout avait été fait, je ne me représenterais pas, ce serait inutile. Mais ce n’est pas le cas. J’ai fait mes études, en partie, à l’extérieur du Québec, mais si je suis revenu c’était pour m’engager dans ma communauté et la mettre en valeur. Ici, ce n’est pas une construction de 20 étages qui fait notre force », donne-t-il en exemple pour signifier ce qu’il prône à Ottawa:  la valeur des milieux ruraux.

Comme la plateforme électorale de son parti n’était pas encore publique au moment de cette entrevue, il a souligné simplement qu’il va miser sur les aspects qui aideront le plus notre région.

Il s’attend à mettre des énergies pour les aînés et pour la reconnaissance de la région. Il sait qu’il continuera le projet d’Internet pour brancher les 22 villes non desservies. Il se penchera à nouveau sur le dossier concernant la gestion des lacs et cours d’eau, mais surtout, il continuera d’ouvrir la porte de son bureau à tous ceux qui en ont besoin, car, s’il a tenu à avoir son bureau avec pignon sur rue, c’est justement pour transmettre ce message: « Entrez, venez nous voir »!

Pour consulter les portraits des autres candidats d'un parti représenté à la Chambre des communes au moment de sa dissolution, cliquez sur son nom:

Gaël Chantrel, Parti Vert du Canada

Claude Dufour, Nouveau Parti démocratique

Richard Evanko, Parti populaire du Canada

Marie-Hélène Gaudreau, Bloc Québécois

Serge Grégoire, Parti conservateur du Canada

Partager:

À ne pas manquer