L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
8 octobre 2019

Les candidats répondent aux préoccupations des aînés

La Table des aînés de la MRC d’Antoine-Labelle avait convié les candidats aux élections fédérales dans la circonscription de Laurentides-Labelle à répondre à ses questions le 25 septembre. Tour à tour, quatre d’entre eux se sont prêtés au jeu.

Simon Dominé , Journal Le Courant

Les candidats du PLC, NPD, BQ et PCC ont répondu aux questions de la Table des aînés d’Antoine-Labelle.
Les candidats du PLC, NPD, BQ et PCC ont répondu aux questions de la Table des aînés d’Antoine-Labelle.
© (Photo montage - Le Courant des Hautes-Laurentides -Archives)

Avec la présidente de la Table à l’animation, Danielle Longpré, et l’organisatrice communautaire Anne Bazinet au chronomètre, chacun a eu droit à dix minutes de présentation, avant de pouvoir échanger avec l’assemblée pendant huit minutes. 

La rencontre s’est tenue dans les locaux du Centre d’action bénévole Léonie-Bélanger. Le député sortant et candidat du Parti libéral du Canada (PLC), David Graham, le candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD), Claude Dufour, la candidate du Bloc Québécois (BQ), Marie-Hélène Gaudreau, ainsi que le candidat du Parti conservateur du Canada (PCC), Serge Grégoire, étaient présents.

La Table des aînés a voulu savoir ce que chaque parti avait à proposer au niveau de la prestation de vieillesse du Canada, du supplément de revenu garanti pour les 65 ans et plus, du retour au travail de retraités dans le contexte de pénurie de main-d’œuvre, mais aussi du maintien des services postaux (distribution à domicile, bureaux de poste, accessibilité aux boîtes communautaires). 

David Graham: « Les résultats parlent d’eux-mêmes »

David Graham a cassé la glace en vantant son bilan: « J’ai passé les quatre dernières années à m’assurer que les citoyens bénéficient du partenariat fédéral, et je crois que les résultats parlent d’eux-mêmes ».

Retour de la retraite à 65 ans, augmentation de 10% du montant maximum du Supplément de revenu garanti pour les aînés vulnérables ou encore investissements dans les infrastructures de la région: M. Graham a répété qu’avec les libéraux, la circonscription revoyait enfin la couleur de son argent. 

« Il y a un réel danger que les conservateurs, s’ils prennent le pouvoir, défassent tout le travail et procèdent à des coupures dans les programmes et le Bloc n’a aucun moyen pour les empêcher de le faire. En fait, le Bloc dit qu’il est là pour défendre le Québec, mais la réalité c’est qu’ils veulent juste critiquer, s’obstiner et diviser », a lancé le député sortant. 

Il a par exemple rappelé que c’était son parti qui avait mis fin aux coupures envisagées par le gouvernement conservateur de Stephen Harper chez Postes Canada et que son équipe avait fortement contribué à faire la différence auprès des aînés, notamment grâce au programme Nouveaux Horizons. 

En rafale, il a évoqué les dossiers touchant aux aînés sur lesquels son parti entend se distinguer: bonification de la pension de Sécurité de la Vieillesse pour les 75 ans et plus, ainsi que de la prestation du survivant, injection de 100 M$ sur cinq ans dans le programme Nouveaux Horizons ou encore création d’un régime d’assurance-médicaments universel.

Claude Dufour : pour « monsieur-madame tout le monde »

Second à prendre la parole, l’enseignant au primaire Claude Dufour a rappelé aux gens présents que « (…) s’il y a un parti que les grandes entreprises aiment un petit peu moins, c’est peut-être le NPD ». Il illustrait ainsi la volonté du parti de Jagmeet Singh de taxer de 1% supplémentaire les fortunes de 20 M$ et plus afin d’aller chercher des revenus supplémentaires et ainsi aider davantage « monsieur-madame tout le monde ». 

Il s’est montré sensible au sort des aînées qui se retrouvent avec de très faibles revenus lorsque leur conjoint décède, mais dubitatif quand il a été question d’une éventuelle majoration de la prestation de base de Vieillesse Canada: « Au niveau du NPD, il est prévu de revoir l’ensemble des mécanismes, (…) de revoir comment le calcul est fait. Parce que j’ai le goût de vous dire qu’un gros pourcentage de pas grand-chose à la base, ça fait pas grand-chose comme majoration. Je pense que le calcul est assez facile à faire ». 

La pénurie de main-d’œuvre était un sujet on ne peut mieux choisi pour lui, puisque l’enseignant a expliqué que la situation actuelle dans le réseau de l’éducation faisait en sorte qu’il ne pouvait pas mener sa campagne à temps plein: « Il y a des journées où je ne pourrai même pas sortir », a-t-il témoigné. Pour lui, le retour au travail volontaire des retraités doit être encouragé d’une façon à ce que ces derniers ne soient pas pénalisés au niveau de l’impôt lorsqu’ils décident de redonner de leur temps à la société. 

Concernant le maintien des services postaux, aucune inquiétude à avoir de ce côté avec le NPD, a-t-il assuré.

Marie-Hélène Gaudreau: « rapatrier le maximum de notre argent »

Marie-Hélène Gaudreau a quant à elle souligné combien la réalité des proches aidants ne lui était pas étrangère.  « J’ai été au chevet de mon père les 15 dernières années. (…) Quand on parle de l’aide à domicile, de tous les soins qu’on a pour la population vieillissante qui veut garder son autonomie, et bien j’ai eu les deux pieds dedans avec ma mère que j’accompagne maintenant », a indiqué la candidate du BQ. 

Mme Gaudreau s’est aussi penchée sur la façon de financer les services aux aînés et aux Québécois en général, mais la méthode n’est pas la même qu’au NPD: le Bloc entend rapatrier l’argent que les Québécois envoient au fédéral, comme, par exemple, avec l’adoption d’un rapport d’impôt unique. Un gain de 475 M$ pour la Québec a-t-elle illustré.

Évoquant l’oléoduc Trans Mountain ou l’industrie automobile, Mme Gaudreau estime que l’argent des Québécois redistribué à travers la fédération canadienne ne sert ni leurs intérêts ni leurs valeurs. « Ce qui est malheureux, c’est qu’on a dit qu’on ne veut pas, mais on prend notre argent et on le fait quand même. Et ce n’est pas nous qui allons nous enrichir. (…). En bout de ligne, c’est vous qui êtes pénalisés », a-t-elle lancé.

La candidate s’est montrée solidaire avec toutes les demandes et expliqué que le Bloc travaillerait à augmenter le Supplément de revenu garanti et la prestation vieillesse du Canada, mais aussi à offrir des crédits d’impôt aux employeurs pour favoriser le retour au travail des retraités qui le souhaitent. Ces derniers pourraient, eux aussi, bénéficier de mesures fiscales incitatives. 

Serge Grégoire : « les conservateurs décentralisent »

Le candidat conservateur, Serge Grégoire, n’a ni pu ni voulu en dire trop sur les intentions de son parti, pour la simple et bonne raison qu’au moment de rencontrer la Table des aînés, de nombreuses annonces n’avaient pas encore été dévoilées. 

Il a tout de même répondu aux questionnements qui lui étaient adressés: « La Sécurité de la vieillesse, c’est comme l’éducation: tout le monde est en faveur; il n’y a personne qui est contre. Je ne vois pas de point de discorde avec les autres partis politiques sur la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti. Une annonce que j’espère voir, c’est une indexation au coût de la vie, au minimum. Même chose au niveau du Supplément de revenu garanti ».

Sensible au sort des femmes au foyer devenues veuves, il a assuré qu’il s’agirait pour lui du premier enjeu social auquel il s’attaquerait. « Ces femmes-là, aux yeux des gouvernements, n’ont jamais travaillé », a-t-il déploré. Le fait que les retraités qui veulent retourner sur le marché du travail en plein contexte de pénurie de main-d’œuvre soient pénalisés l’a également fait réagir. « C’est un engagement de mon chef de régler cette situation-là », a-t-il déclaré. 

Concernant Postes Canada, M. Grégoire a été clair: « Il n’y a rien qui va changer avec les conservateurs par rapport à ça. Il n’y a aucune diminution du service qui va être envisagée ».

Partager:

Simon Dominé , Journal Le Courant

  • Courriel

À ne pas manquer