L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
19 mars 2019

Dans le hall d’entrée du Manoir labellois à Labelle

Des aînés collaborent à une murale de Jasmine Sirard

Après presque un an de travail, la murale de l’artiste Jasmine Sirard est enfin inaugurée au Manoir Labellois à Labelle. Le député David Graham y était en plus de nombreux résidants qui ont participé à l’œuvre ainsi que la direction de l’établissement.

Ronald Mc Gregor , journaliste

On coupe le ruban avec des pinceaux pour inaugurer la murale du Manoir Labellois: Martine Piché, directrice générale du Manoir, Marielle Léonard, locataire, Jasmine Sirard, artiste, Marie-Paule Thibault, locataire, Claire Roberts, locataire et le député de Laurentides-Labelle, David Graham.
On coupe le ruban avec des pinceaux pour inaugurer la murale du Manoir Labellois: Martine Piché, directrice générale du Manoir, Marielle Léonard, locataire, Jasmine Sirard, artiste, Marie-Paule Thibault, locataire, Claire Roberts, locataire et le député de Laurentides-Labelle, David Graham.
© Photo L’information du Nord – Ronald Mc Gregor

Cette œuvre de 8 X 15 pieds a officiellement vu le jour le 14 mars grâce à une aide financière de 5 000$ versée l’an dernier par le gouvernement fédéral dans le cadre de son programme Nouveaux Horizons pour les aînés

L’artiste labelloise Jasmine Sirard a donné un peu de son temps à L’information du Nord pour effectuer un retour en arrière sur cette aventure. Il faut dire au départ qu’un comité de résidants avait le projet de création d’une murale, mais que c’est Marielle Léonard qui a suggéré l’artiste. « C’est elle qui m’a recruté en disant qu’elle connaissait une artiste de la région. Suite à la présentation de mon porte-folio, on m’a choisi », raconte-t-elle.

Réalisée sur une année

« On m’a soumis des idées particulières sur ce qu’ils souhaitaient avoir sur la murale, dont la cheminée du couvent avec les martinets ramoneurs, une espèce d’oiseaux en voie de disparition. C’était une priorité », explique l’artiste.

Ledit comité a aussi suggéré à Mme Sirard les chutes du camping, la rivière Rouge sans oublier les cerfs de Virginie. Un croquis a été soumis et le premier coup de pinceau s’est donné à la fin d’avril 2018. À raison de trois ou quatre heures, parfois plus, par semaine, l’artiste allait d’un bon pas à la résidence pour avancer l’œuvre. « Martine, la directrice générale, m’annonçait, ce qui faisait que les résidants se présentaient dans le hall d’entrée. J’ai fait collaborer ceux qui ont voulu. Et la participation a été très bonne », explique Mme Sirard.

Environ 10 à 15 personnes ont participé à la réalisation de cette murale, on peut donc parler d’une « œuvre collective ». Ils ont tracé les dessins tirés du calepin de l’artiste, certains en marchette, participant de façon sécuritaire. « J’ai des personnes très âgées qui ont fait des arbres et d’autres, avec le pinceau, des couches de fond. Une belle collaboration », se réjouit Mme Sirard. La joviale corvée a permis aussi à la clientèle du Manoir de jaser de l’histoire de Labelle, de leur vécu, un gros plus pour l’artiste.

Pas sa première murale

Ce n’est pas la première murale de Jasmine Sirard. En peinture, elle se dit polyvalente. « En murale, j’en ai fait trois au Montreal Children's Hospital, aussi la bibliothèque de Kirkland, plusieurs murales avec des groupes de femmes et plusieurs murales pour des chambres d’enfants dans des résidences privées », dit-elle.

Soulignons que la murale se trouve dans le hall d’entrée d’une résidence pour aînés et n’est pas accessible au grand public.

« Je suis toujours heureux lorsque le fédéral est partenaire de projets dans notre communauté. J’en suis heureux parce qu’au-delà de l’argent, c’est le fait que ce partenariat rapproche les gens », a déclaré David Graham à l’inauguration.

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer