L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
19 mars 2019

« À la poursuite de Stuart »

Des élèves réalisent leur livre de A à Z

À la poursuite de Stuart est le livre réalisé par la classe de 5e et 6e année de l’école de Nominingue. Sous l’œil du mentor et auteur Frédrick D’Anterny, la classe de l’institutrice Geneviève Belcourt lançait l’œuvre le 15 mars dernier devant une cinquantaine de personnes.

Ronald Mc Gregor , journaliste

Les jeunes auteurs du livre « À la poursuite de Stuart » avec qui se mêlent l’auteur et mentor du projet Frédrick D’Anterny, l’institutrice Geneviève Belcourt, les conseillers municipaux Suzie Radermaker et Bruno Sanssouci ainsi que la directrice des loisirs, de la culture et de la vie communautaire et animatrice de l’événement, Audrey-Anne Richer.
Les jeunes auteurs du livre « À la poursuite de Stuart » avec qui se mêlent l’auteur et mentor du projet Frédrick D’Anterny, l’institutrice Geneviève Belcourt, les conseillers municipaux Suzie Radermaker et Bruno Sanssouci ainsi que la directrice des loisirs, de la culture et de la vie communautaire et animatrice de l’événement, Audrey-Anne Richer.
© Photo L’information du Nord – Ronald Mc Gregor

Soulignons d’emblée que Nominingue offre cet atelier de création depuis deux ans (l’an dernier, c’était un livre d’horreur où l’histoire se déroulait dans l’ancien couvent des sœurs). L’auteur de roman jeunesse et membre de l’Association des Auteurs des Laurentides, Frédrick D’Anterny, avait comme mandat de faire cheminer les jeunes vers une création qui se déroulait une fois de plus dans la municipalité.

Audrey-Anne Richer, directrice des loisirs, de la culture et de la vie communautaire, animait l’événement. Ce livre est important pour Nominingue, dit-elle. « Pour nous, c’est intéressant de voir l’imagination des auteurs qui réalisent cet album de A à Z, du texte au dessin. Avec une copie de l’album à la bibliothèque, ça nous laisse une trace comme document d’archives. »

Frédrick D’Anternya pris la parole pour expliquer comme s'est déroulé le processus de création. Tout d’abord, c’est lui qui a proposé le projet de livre à Nominingue avant de se trouver en classe avec la vingtaine d’élèves. « Ce qui est fascinant, c’est que je sais de quoi on va parler, avec quelques lignes directrices, comme, ça va se passer à Nominingue, mais où? Quand? Comment et qui? On ne savait pas. Les élèves non plus. Et là, on commence à lancer des idées que j’écris au tableau et l’on a mélangé ces idées », raconte-t-il. Il explique que ce travail est le même qu’il fait quand il écrit un roman: il lance des idées, il se répond et le fil conducteur du récit se construit.

Des mots plus difficiles

Bien que les élèves ont dû apprendre à recréer les personnages au dessin de manière identique et continue pour chaque page, la création du livre dessinée demandait un peu plus. « Dans le cadre de la collection Imaginaire d’enfants, il y a un lexique, rajoute M. D’Anterny. Ce que l’on fait faire aux jeunes, c’est de les amener à travers des mots un peu plus difficiles et pour lesquels ils n’ont pas forcément la signification en tête. Ils doivent faire des recherches dans le dictionnaire. »

Après le mot de l’auteur, les conseillers municipaux Suzie Radermaker et Bruno Sanssouciont fait la lecture de quelques extraits du livre de 20 pages. Après quoi, Mme Richer a posé certaines questions aux jeunes auteurs rassemblés autour d’une table couverte d’illustrations ayant servi à la réalisation du livre. « En fait, j’ai pas mal tout aimé, comme tout le monde, ç’a été d’écrire et dessiner. En plus, on inventait l’histoire », a remarqué l’un des jeunes auteurs.

À la poursuite de Stuart est disponible sur demande auprès de l’institutrice à l’école du Saint-Rosaire.

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer