L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
27 mars 2019

Sentiment du devoir accompli pour la Riverougeoise

Claudine Millaire quitte la direction de la CSPN en juin

Directrice générale de la Commission scolaire Pierre-Neveu (CSPN) depuis cinq ans, le départ de Claudine Millaire est annoncé par le conseil des commissaires de la CSPN en date du 20 mars.

Ronald Mc Gregor , journaliste

La directrice générale de la CSPN, Claudine Millaire, prend la route de la retraite à la fin de juin.
La directrice générale de la CSPN, Claudine Millaire, prend la route de la retraite à la fin de juin.
© Photo gracieuseté – CSPN

« La décision de partir à la retraite est une décision importante, car elle représente un changement majeur et comporte une certaine forme de deuil. J’en suis venu à cette conclusion récemment et, bien que la coupure semble définitive, je continuerai probablement à m’investir d’une façon ou d’une autre en éducation », a déclaré Mme Millaire à L’information du Nord.

S’investir. La DG, qui quitte ses fonctions le 30 juin prochain, a passé 33 années de sa vie à la commission scolaire, comme enseignante de musique, conseillère pédagogique, directrice des services éducatifs, directrice de la polyvalente et enfin, directrice générale. Elle a d’ailleurs été la première femme a occupé ce dernier poste à la commission scolaire. Un velours pour Mme Millaire? « Les femmes sont de plus en plus nombreuses à occuper des postes de direction dans le milieu d’éducation. Je suis honorée d’avoir été la première femme à occuper ce poste au sein de ma commission scolaire. Ça aura été une expérience très enrichissante tant sur le plan professionnel que personnel ».

Au fil des années comme DG, le conseil des commissaires lui a confié des missions, entre autres, l’amélioration de la persévérance et de la réussite scolaires. « J’ai la conviction que ce travail a porté ses fruits et mon départ sera accompagné du sens du devoir accompli. J’ai l’espoir que la création récente du plan d’engagement vers la réussite servira d’itinéraire et assurera la continuité de ces résultats positifs », mentionne Mme Millaire dans le communiqué annonçant la nouvelle.

« Notre commission scolaire est en santé sur le plan financier et organisationnel et la vitalité de notre équipe fait en sorte qu’aucune inquiétude ne pourrait m’effleurer l’esprit quant à l’avenir. J’aurai eu la chance d’être entourée d’un personnel engagé et mobilisé pour la réussite de nos élèves », ajoute-t-elle.

Trois questions

Vous croyez que le gouvernement est bien au fait des besoins en éducation dans les régions?

« Les enjeux en éducation sont davantage présentés sous l’angle de la réalité des grandes villes alors qu’ils sont différents en région. Nous observons chez nos gouvernements une volonté de regroupements régionaux de services. En ce qui concerne la région des Laurentides, les réalités sont tellement différentes d’une MRC à l’autre que cette stratégie peut difficilement répondre aux besoins spécifiques de notre clientèle. »

Ce fut parfois difficile de boucler le budget annuel?

« Mon premier budget a représenté un défi de taille, car on en était à la 5e année de compressions budgétaires. Il nous a fallu faire des choix difficiles, dont la réduction et l’abolition de certains postes au plan d’effectifs. Malgré ces difficultés, nous avons réussi à préserver les services aux élèves, ce qui fait en sorte que les réinvestissements des dernières années représentent réellement des ajouts de services aux élèves. Par contre, certains effets de ces compressions se font toujours sentir. »

Quelque chose que Claudine Millaire aurait aimé réaliser comme DG, mais que pour des raisons X, ce fut impossible? 

« Je n’ai pas de regret.  Pour faire progresser une organisation, il faut bien identifier les priorités et garder le cap sur ces priorités en évitant les distractions. Ce sont ces priorités qui guident nos interventions. »

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer