L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
27 avril 2019

Survol de la carrière d’un amant de la chanson

Lucien Brien présentera " Ma Vallée " aux mélomanes

Lucien Brien, auteur-compositeur du secteur Sainte-Véronique, est heureux de la création sur scène de sa dernière chanson, Ma Vallée, par la Chorale Harmonie de la Rouge. C’est aussi le thème de la série de spectacles de la formation. Soixante-deux ans auparavant, il composait Les Étoiles pour Robert L’Herbier. D’autres chansons et succès aux palmarès ont suivi jusqu’à aujourd’hui.

Ronald Mc Gregor , journaliste

Lucien Brien peut se vanter d’avoir laissé sa marque sur la musique québécoise depuis 1957. Aujourd’hui, il est fier d’offrir « Ma Vallée » par les voix de la Chorale Harmonie.
Lucien Brien peut se vanter d’avoir laissé sa marque sur la musique québécoise depuis 1957. Aujourd’hui, il est fier d’offrir « Ma Vallée » par les voix de la Chorale Harmonie.
© Photo Paul Valée

Le journaliste spécialisé en histoire de la musique au Québec, Félix B. Desfossés, connait la carrière du natif d’Amos, car il est Abitibien d’âme et de corps et chaque parcelle de culture est importante. « Lucien Brien est un héros obscur du patrimoine musical québécois. Les deux plus importants paroliers de la décennie 60 au Québec sont Gilles Brown et Lucien Brien. Ils ont traduit des dizaines, voire des centaines de chansons, mais ils en ont écrit aussi des dizaines d’originales. Lucien Brien s’est illustré notamment auprès des Classels. Les sentiers de neige demeure sa plus importante création pour eux, inspirée des scènes enneigées de son Abitibi natale. Mais il a travaillé aussi avec des dizaines d’autres artistes de l’industrie, dont Ginette Reno et Pierre Lalonde, pour ne nommer qu’eux. Bref, le nom de Lucien Brien est omniprésent dans le catalogue musical québécois des années 60, mais son visage est toujours demeuré dans l’ombre et son rôle joué en coulisses », explique-t-il.

Il a dû trimer fort pour atteindre son but Lucien. « Dans les années 50, en Abitibi, il n’y avait pas beaucoup de débouchés. Si tu n’étais pas dans les mines ou les professions libérales, soit docteur, curé, etc., tu devais aller ailleurs », mentionne-t-il au journal.

« En février 1957, au gala du 2e concours de la Chanson canadienne à Radio-Canada, feu Robert l’Herbier chantait pour la première fois ma chanson Les Étoiles, que j’avais composé à 20 ans sur les bancs du Collège d’Amos en Abitibi et soumise à ce concours de Radio-Canada. Ma chanson fut alors choisie pour figurer sur le disque 33 tours des 12 chansons primées, parmi 500. Je me souviens d’avoir reçu mon prix par Henri Bergeron qui agissait comme maître de cérémonie. Quel beau souvenir j’en garde encore! », raconte-t-il.

Il écrit pour beaucoup

Tour à tour annonceur, il se présente comme scripteur et discothécaire aux stations CHAD Amos et CKLS La Sarre, puis plus tard, comme directeur musical et scripteur à CJMS et CKLM à Montréal. Lucien y poursuivait parallèlement une prolifique carrière d’auteur et compositeur.

« Cette reconnaissance de mon modeste talent de compositeur m’avait alors encouragé à persévérer dans ce domaine et à profiter ensuite de mon métier de rédacteur en radio puis en communication publicitaire pour adopter comme passe-temps la composition et l’écriture de chansons. Dans les années soixante, entre autres, j’en ai écrit plus de 350, la plupart enregistrées sur disque par les chanteurs et chanteuses les plus populaires de cette époque, tels Pierre Lalonde, Michel Louvain, Yoland Guérard, Les 3-Bars, Renée Martel, Michelle Richard, Ginette Ravel, Margot Lefebvre, Ginette Reno, les Classels, les Excentriques, Patrick Normand, César et les Romains, Fernand Gignac, Robert DeMontigny, Jenny Rock, Tony Massarelli, Donald Lautrec et tant d’autres.»

Inspiré par la Rouge

À 82 ans, Lucien Brien se dit choyé de voir sa chanson Ma Vallée interprété par la Chorale Harmonie dont il est membre depuis des années. Et d’où arrive-t-elle cette œuvre ? « J’avais composé la musique et les paroles de Ma Vallée suite à mon installation dans la Vallée de la Rouge en 1987 après avoir vécu 30 ans à Montréal. Depuis, je dois avouer que ma vallée n’a jamais cessé de m’inspirer et de me ressourcer, saison après saison, autant par l’amour de la chanson que de celui des champignons que j’y ai découverts et fait découvrir à tant de gens!»

Les concerts à venir de la chorale: le 4 mai à 19h30 à l’église de Rivière-Rouge et le 5 mai à 19h30 à l’église de Nominingue. Les portes ouvrent à 19h.

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer