L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
28 mai 2019

Un 3e changement à la direction d’école en cinq ans

Des parents dénoncent des changements à l’école du Saint-Rosaire

Le départ annoncé de l’actuelle directrice de l’école du Saint-Rosaire de Nominingue, Vanessa Tessier, soulève la tristesse et la consternation des parents du Conseil d’établissement de l’école des Trois-Sentiers. Ils demandent à la Commission scolaire Pierre-Neveu (CSPN) de maintenir la directrice à son poste afin d’assurer un minimum de stabilité.

Ronald Mc Gregor , journaliste

L’école du Saint-Rosaire de Nominingue où des parents d’élèves et des enseignantes demandent entre autres aux commissaires scolaires de maintenir le poste de l’actuelle directrice à cet endroit.
L’école du Saint-Rosaire de Nominingue où des parents d’élèves et des enseignantes demandent entre autres aux commissaires scolaires de maintenir le poste de l’actuelle directrice à cet endroit.
© Photo L’information du Nord – Ronald Mc Gregor

Vanessa Tessier sera affectée à un autre établissement de la CSPN, elle qui termine sa deuxième année à la barre de la petite école. Celle à qui l’on donne des lauriers pour avoir soudé l’équipe de la direction et les enseignants, en plus de mettre en place diverses mesures pour la réussite des élèves, devra plier bagage bientôt. Le Conseil demande aux commissaires scolaires de « mettre un terme à ces pratiques administratives toxiques et préjudiciables qui ne tiennent pas compte des réalités humaines propres au domaine de l’éducation ».

Ce n’est pas la première fois que les enseignants et parents font connaître leur mécontentement à la direction à propos de telles décisions souligne Francis Labrie, porte-parole pour les parents. « Nous considérons ces trop nombreux et fréquents changements à la tête de notre école primaire comme fortement préjudiciables à la qualité et à la stabilité des services offerts à nos enfants. »

« Nous en sommes à plusieurs changements de direction en cinq ans. Nous croyons que nous avons assez donné et que nos enfants méritent une école capable d’offrir la stabilité et la continuité de ses services éducatifs. On ne dirige pas une école comme on dirige une PME. Nos enfants ne sont pas des tomates en boîtes! Ainsi, quand un directeur entre en poste, il lui faut du temps pour connaître son personnel et ses élèves, analyser et comprendre les pratiques déjà en place et tisser des liens avec la communauté. Il lui faudra aussi souder son équipe, comprendre et déterminer les besoins de chacun de ses membres et les besoins particuliers de sa clientèle. Ce n’est que lorsque toutes ces conditions sont réunies que des efforts concertés portent réellement fruit. Or, chaque fois que la direction semble avoir atteint le point d’efficacité, on nous l’enlève et on la remplace. C’est assez! », lance M. Labrie. Plusieurs enseignantes sont aussi déçues.

CSPN en mouvance

La directrice générale de la CSPN, Claudine Millaire, a répondu à ce sujet par voie de courriel. Elle signale le « mouvement important du personnel de direction d’établissement » remarquant que la CSPN doit se gérer en conséquence. « En effet, dit-elle, sept à huit postes seront à pourvoir, ce qui représente 35 à 40% de ses effectifs de direction. Considérant la rareté de la main-d’œuvre dans cette catégorie de personnel, cette situation est fort complexe. Afin de pourvoir tous ses postes de direction, la CSPN doit considérer l’ensemble de la situation et assurer l’équité entre ses établissements. Depuis une vingtaine d’années, l’école des Trois Sentiers n’a pas connu plus de changements de direction que la moyenne des écoles. »Elle répond aussi aux parents concernant Mme Tessier, remarquant que l’institution comprend l’appréciation de celle-ci dans son milieu de travail et la déception du mouvement.

« La Commission scolaire se doit de considérer tous les besoins pour prendre les meilleures décisions pour le bien de l’ensemble de l’organisation et favoriser la réussite de ses élèves. Soyez assurés que la CSPN demeure à l’écoute des préoccupations des milieux et veillera à la poursuite du développement pédagogique dans ses établissements », rassure Claudine Millaire.

« Nos enfants ont besoin de cette stabilité et du lien créé avec leur direction d’école. Ils ont besoin de sentir, chez leurs enseignants, la confiance et la sécurité que procure un leadership stable dont le fonctionnement est établi et conséquent. Et les contribuables de notre communauté sont en droit d’avoir une commission scolaire administrée avec une vision cohérente et à long terme de sa mission: la stabilité et la continuité des directions d’écoles devraient être prises en compte comme facteurs de réussite scolaire », affirme Frédéric Labrie.

La lettre envoyée aux médias est signée par Marie-Claude Labelle, présidente du Conseil d’établissement de l’école des Trois-Sentiers, Frédéric Labrie de Nominingue, Claudy Harvey de Nominingue, Melissa Barkley de Rivière-Rouge secteur Sainte-Véronique et Marjolaine Gamache, O.P.P de l’école du Saint-Rosaire à Nominingue.

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer