L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
29 mai 2019

Collecte des bacs

La Rouge veut une régie de récupération

C’est dans l’air depuis quelques mois: trois municipalités de la Rouge dans Antoine-Labelle veulent une régie de récupération des matières (recyclage, déchets, compost). Le projet est bel et bien en marche et c’est La Macaza qui pilote le dossier. Des détails avec la mairesse Céline Beauregard.

Ronald Mc Gregor , journaliste

Si une régie de récupération voit le jour dans la Rouge, elle travaillera avec la Régie intermunicipale des déchets de la Rouge (RIDR) pour y déposer ses voyages.
Si une régie de récupération voit le jour dans la Rouge, elle travaillera avec la Régie intermunicipale des déchets de la Rouge (RIDR) pour y déposer ses voyages.
© Photo L’information du Nord – archives

L’élue explique que depuis peu, André Séguin a été engagé comme consultant pour monter une étude de faisabilité. Elle est réalisée grâce à une aide financière du gouvernement.

« Le travail qui est fait à ce jour permet de dire que c’est intéressant pour les municipalités de se regrouper. On serait prêt à le faire, Nominingue, Rivière-Rouge et nous. Quant aux deux autres municipalités, quand elles seront prêtes, elles pourront se joindre au projet. Il y a un intérêt certain pour aller de l’avant », indique Mme Beauregard.

La mairesse indique par ailleurs qu’il faudra créer un organisme. « Il faut que chaque municipalité ait son droit de vote, de parler. Que tous travaillent sur le même pied d’égalité », dit-elle.

Coûts

Il est trop tôt pour avancer les montants qui seront nécessaires à la réalisation complète du projet, mais l’élue affirme néanmoins qu’à terme, et après un certain temps, l’exercice pourrait peut-être coûter moins cher, en tout cas, pas plus.

« Notre première étude n’est pas terminée et les coûts ne sont pas finalisés, mais actuellement, avec les mêmes chiffres et la même collecte que l’on a présentement, ça serait pas mal l’équivalent dans le prix », indique Mme Beauregard.

Le fait d’être regroupé permettra aux municipalités membres de gérer la récolte des matières. Mais d’ici la réalisation du projet, probablement en avril 2020, des municipalités devront terminer les contrats qu’elles possèdent avec des firmes de récupération. « Ensemble, on fera une collecte plus appropriée », poursuit la mairesse.

Si le projet est mené à terme, il faudra faire l’acquisition d’équipement. Aussi, il faudra signifier les intentions de la future régie aux Affaires municipales. « C’est sûr qu’il faudra faire valider le projet », souligne-t-elle.

Travailler ensemble

Les municipalités de la Rouge travaillent ensemble sur divers projets et comme l’indique Céline Beauregard, celle qui avance un projet doit le piloter, celui qui nous concerne en est l’exemple probant. « Un peu comme la Fête nationale l’an dernier: Rivière-Rouge a suggéré de s’unir et ç’a été un succès. C’est elle qui pilotait ce dossier. »

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer