L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
8 mai 2019

21e édition du Festival International Hautes-Laurentides

Du classique et de la pop symphonique pour les mélomanes

Entre le 4 et le 30 juillet, les amateurs de musique des Laurentides pourront assister à 15 concerts en 10 lieux où se produiront des artistes de renommée internationale et d’ici tels qu’Alexandre Da Costa, Brigitte Boisjoli, Gregory Charles et Mario Pelchat.

Ronald Mc Gregor , journaliste

Alexandre Da Costa, directeur musical du Festival International Hautes-Laurentides et violoniste virtuose, a une fois de plus une programmation des plus diversifiées pour la 21e édition.
Alexandre Da Costa, directeur musical du Festival International Hautes-Laurentides et violoniste virtuose, a une fois de plus une programmation des plus diversifiées pour la 21e édition.
© Photo gracieuseté

Le Festival International Hautes-Laurentides (FIHL) offre toujours un savant éventail de genres musicaux, balayant du classique au jazz, sans oublier la musique du monde, la musique instrumentale, l’opéra, la musique de chambre, la musique symphonique, de la période baroque à la musique actuelle et électro-pop, en offrant un répertoire musical des plus accessible.

Le directeur artistique du FIHL, Alexandre Da Costa, chef et violoniste de renommée internationale, sera à quelques reprises sur scène pour des concerts et des spectacles dans plusieurs salles tout comme sur des scènes extérieures des grandes Laurentides. 

Concerts dans la Rouge

Dans la Rouge, le premier concert aura lieu le 10 juillet (19h30) en la chapelle du centre communautaire de Labelle. Alexandre Da Costa interprètera des compositions de l’ère baroque (approximativement 1600 à 1750) avec son groupe rock, dont un échantillon présenté l’an dernier à Rivière-Rouge a soulevé des passions. Les pièces, Vivaldi (en hard rock), Bach (en jazz et boogie) et Pachelbel et son Canon en version futuriste, seront jouées au goût du jour. Un spectacle qui en surprendra plus d’un.

Deux jours plus tard, le 12 juillet (19h30), en l’église de Nominingue, quatre chanteurs de l’Atelier lyrique de l’opéra de Montréalprésenteront des extraits d’opéras connus de l’éternel Mozart, dont Les Noces de Figaro, La Flûte enchantée, Don Juan.

Le 13 juillet (19h30), la pétillante Brigitte Boisjoli offrira un spectacle en grande première, son Signé Plamondon, au Dôme de Labelle. Celle qui fait partie des meubles de la pop québécoise interprètera des airs connus du célèbre parolier Luc Plamondonet d’autres titres exécutés comme seule la chanteuse sait le faire.

Enfin, dernier concert dans la Rouge, celui de Gregory Charles dont nous avons longuement parlé dans une édition précédente du journal. Le touche-à-tout se produira à la plage municipale Michel-Jr. Lévesque du lac Tibériade le 14 juillet à 16h30 (oui, en fin d’après-midi). Du baroque au hip-hop, de la Révolution française à la révolution numérique, rien ne sera oublié par le bien aimé artiste.

Autres concerts au Sud

Le festival couvre d’autres territoires de ses concerts dont la Vallée de la Diable où le 5 juillet le pianiste Matt Herskowitz et son trio jazz seront à l’église du Village de Mont-Tremblant. Ce concert sera animé par le sommelier Colin Gravel, proposant une dégustation de vin en accord avec la musique (Chopin, Bach...).  Le 7 juillet, au Parc de la Gare de Saint-Faustin–Lac-Carré, King Melrose nous présentera en formule duo son tout nouveau spectacle La tournée des grands ducs ainsi qu’un pot-pourri de chansons incluant ses compositions. 

Dans la série Gala, le chanteur populaire Mario Pelchat sera accompagné d’Alexandre Da Costa pour quelques chansons le 18 juillet à l’église Saint-Jovite. M. Pelchat présentera quelques chansons récentes ainsi que des classiques et enfin, des extraits de son album réalisé avec M. Da Costa.

La Musique du Royal 22e Régiment sera de retour à l’église Saint-Jovite le 19 juillet. Alexandre Da Costa se joindra au célèbre ensemble orchestre à vents et percussions de renommée internationale pour interpréter des airs de films connus. La Bronze, un spectacle bien rythmé par le biais d’une pop et électro planante, sera au Domaine Saint-Bernard le 20 juillet, alors que Giorgia Fumanti interprètera des airs mélodieux avec sa voix dite angélique le 21 juillet à l’église de Saint-Faustin.

Concerts au Nord

Autre concert de la série Gala, celui de l’Orchestre Symphonique de Laval, son chef Alain Trudel et le violoncelliste Dominique Beauséjour-Ostiguy qui joueront des œuvres du grand Dvořák le 5 juillet à l’Espace Théâtre de Mont-Laurier. Passion, virtuosité et patriotisme inspireront ce programme. 

Le 26 juillet, l’église de Notre-Dame-de-Pontmain vibrera sous les notes jouées par le pianiste Jean-Philippe Sylvestre et le quatuor formé de musiciens de l’Orchestre Symphonique de Longueuil. Quintettes de Dvořák et de Schumann au programme.

La musique pop pour démocratiser

La musique populaire prend de plus en plus de place dans la programmation du Festival international Hautes-Laurentides (FIHL), surtout dans la prochaine édition qui s’amorce dans quelques semaines. Pourquoi? L’information du Nord demande à sa directrice générale, Martine Cardinal, et au directeur artistique du festival, Alexandre Da Costa.

« Notre mission, c’est de démocratiser la musique en général, mais le classique surtout. Si l'on veut augmenter notre bassin de spectateurs, on s’entend que dans le nord, il y a moins de gens et il y a beaucoup de touristes. C’est pourquoi avec tous les artistes qui sont "pop", Alexandre Da Costa joue une pièce avec eux afin de mettre l’accent sur le classique », explique Mme Cardinal. Ces artistes dits "pop" sont Gregory Charles, Mario Pelchat, Brigitte Boisjoli et La Bronze.

« On n’est pas un festival de musique populaire, argue Martine Cardinal, elle-même une excellente violoniste. On se dit que si la montagne ne vient pas à nous, on va y aller ». La musique classique a sa place dans la musique populaire, soutient-elle, ne serait-ce que pour sensibiliser les gens au grand art. La programmation du 21e festival, signée Alexandre Da Costa, en est une preuve tangible. « En effet, bien que le FIHLgarde son identité traditionnelle et son ADN connecté à la musique classique, elle reflètera notre désir de célébrer la musique pour ce qu’elle est: un transmetteur d’émotions, ajoute M. Da Costa. Il y aura donc des concerts classiques symphoniques, opératiques et instrumentaux, mais aussi des concerts de grands artistes de musique populaire, jazz, électronique et de musique du monde. L’important pour moi est de vous faire partager des coups de cœur artistiques ainsi que des artistes passionnés qui ont prouvé leur savoir-faire et leur profondeur ici comme ailleurs. »

« C’est donc en tant que festival multidisciplinaire que nous nous adressons au public du Québec, du Canada et de l’étranger avec l’appui de toute la population des Laurentides et d’entrepreneurs de chez nous, prêts à s’investir dans la diffusion de la culture et de l’excellence artistique », conclut le virtuose du violon.

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer