L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
31 juillet 2019

« La surveillance est constante », assure le ministère

Ponceaux en mauvais état dans la MRC d’Antoine-Labelle

Le ministère des Transports (MTQ) estime avoir la situation sous contrôle, malgré le fait que 253 de ses ponceaux sont en mauvaise condition dans la MRC d’Antoine-Labelle. Explications avec Gilles Payer, porte-parole à la Direction des communications du MTQ. 

Simon Dominé , Journal Le Courant

© (Photo L’information du Nord-Archives)

Le bilan provisoire montre qu’en trois ans (2017, 2018 et 2019), le ministère a reconstruit 20 de ses ponceaux dans la MRC d’Antoine-Labelle, alors que 253 sont toujours dans un état déficient ou critique. Selon vous, la cadence des reconstructions peut-elle être accélérée? Pourquoi?

Le territoire sous la responsabilité des Laurentides et Lanaudière est un vaste territoire – incluant la MRC Antoine-Labelle – et pourvu d’une irrigation importante. Le Ministère suit un plan quinquennal d’intervention qui a été établi avec la sécurité des usagers en tête de liste, tout en conjuguant les multiples cas jugés prioritaires. Ce plan est rigoureusement établi afin de faire une utilisation optimale des ressources à la disposition du Ministère.

Qu’est-ce qui détermine qu’un ponceau en état déficient ou critique est finalement réparé?

Les urgences sont naturellement traitées en tout premier lieu. De plus, par souci d’efficacité, les ponceaux se trouvant sur les lieux de travaux prévus de chaussée sont aussi intégrés à la planification.

Sur les 20 ponceaux reconstruits par vos services, 12 se trouvent dans la ville de Mont-Laurier. Qu’est-ce qui explique que cette dernière se soit retrouvée avec le pire bilan des Laurentides à ce niveau?

D’une part, la région de Mont-Laurier s’est fortement développée dans une fenêtre de temps assez concentrée; les infrastructures se retrouvent donc presque toutes en fin de cycle en même temps. D’autre part, la région étant une des plus dynamiques du territoire, les infrastructures montrent forcément des signes d’usure avant les régions dont les routes sont moins sollicitées.

La Macaza a 18 ponceaux en mauvais état, mais aucun d’entre eux n’a été reconstruit en trois ans. Ce village n’est pas le seul à vivre une telle situation. Il y en a huit autres dans la MRC d’Antoine-Labelle. La direction régionale du MTQ pour Laurentides-Lanaudière manque-t-elle de ressources financières, techniques et humaines pour faire son travail?

L’indication mauvais état ne rime pas absolument avec danger. Si des ponceaux ne sont pas sécuritaires, le Ministère intervient sans délai. La Direction du territoire vise une maîtrise indiscutable des infrastructures sous sa responsabilité et la surveillance est constante. Tous les contrats possibles sont accordés et suivis étroitement. Les ressources sont utilisées de façon exhaustive et tous les contractants sont sollicités au maximum à leur tour. Bref, la Direction territoriale dispose des moyens adéquats pour remplir son mandat.

Partager:

Simon Dominé , Journal Le Courant

  • Courriel

À ne pas manquer