L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
30 septembre 2019

Présentée à la communauté 8atapi du secteur Sainte-Véronique

Une pétition du NPD pour la reconnaissance des Métis du Québec

Récemment, le candidat NPD pour Laurentides-Labelle, Claude Dufour, était de passage à Rivière-Rouge pour présenter une pétition lancée sur Internet le 26 septembre qui a pour but de faire reconnaître les réalités des Métis implantés au Québec et leurs apports à la société canadienne en tant que Peuple fondateur.

Ronald Mc Gregor , journaliste

Quelques membres de la communauté 8atapi du secteur Sainte-Véronique de Rivière-Rouge lors du passage du candidat NPD, Claude Dufour.
Quelques membres de la communauté 8atapi du secteur Sainte-Véronique de Rivière-Rouge lors du passage du candidat NPD, Claude Dufour.
© Photo gracieuseté - Claude Dufour/NPD

« C’est avec fierté que je vous dévoile le contenu », a-t-il confié au Grand Chef par intérim de L’Alliance Autochtone du Québec, Gérard Coulombe, devant un groupe de Métis provenant notamment de la communauté de 8atapi ("Watapi") du secteur Sainte-Véronique.

La pétition interpelle le Parlement et l’on peut lire certains rappels des droits constitutionnels du Peuple fondateur, dont les droits existants, ancestraux ou issus de traités, qui, entre autres, selon un jugement de la Cour suprême du Canada, souligne que les Métis jouissent de « leur pleine qualité de peuple distinct, titulaire de droits », une caractéristique qu’ils ont en partage avec les Premières Nations et les Inuits du pays.

À cela s’accompagne une signification du droit ancestral qui permet la chasse pour se nourrir en vertu de l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982. 

Éliminer la discrimination

Les communautés métisses, notamment celles du Québec, réclament haut et fort leur droits autochtones, eux qui étaient déjà bien établis sur des territoires donnés du Québec et du Canada avant même que la Couronne ne prenne le contrôle de la région non colonisée, lit-on. « Le gouvernement a l’obligation d’éliminer la discrimination tout en veillant à ce que ce tous les descendants des peuples fondateurs obtiennent pleine reconnaissance de leur culture afin de dénouer l’impasse juridique sur le plan de la législature qui vise à engager la responsabilité du gouvernement fédéral ».

La Cour Suprême du Canada reconnaît depuis 2016 par le biais de l’Arrêt Daniels, « que les Métis et les Premières Nations non inscrits sont considérés comme des « Indiens » dans le cadre des pouvoirs législatifs du Parlement fédéral aux termes du paragraphe 91(24) de la Loi constitutionnelle de 1867 ». C’est pourquoi le candidat Claude Dufour affirme que son parti veut travailler sur un partenariat viable entre les Métis et les Premières Nations non inscrits « qui sera fondé sur la reconnaissance des droits, le respect et le partenariat avec comme objectif de faire progresser la réconciliation ».

La pétition demande aux élus de travailler avec tous les intervenants impliqués afin que la reconnaissance des réalités des Métis implantés au Québec, « leur histoire, leurs réalisations et leurs apports à la société canadienne en tant que Peuple fondateur ».

« D’un point de vue purement objectif, il devrait y avoir une plus grande représentation des Métis du Québec sur la scène fédérale, si on se réfère aux événements historiques. Rappelons-nous que les Métis sont un peuple distinct qui se compose de personnes nées de l’union d’Autochtones et d’Européens », dit Claude Dufour.

Combien de Métis vivent au Canada?

Évidemment il n’y a pas que dans le Québec et l’Ouest canadien où l’on peut trouver des Métis. Au total, ce sont 587 530 Métis qui, en 2016, tapissent le territoire canadien. Ontario (120 585), Alberta (114 370), Colombie-Britannique (89 405), Manitoba (89 355), Québec (69 360), Saskatchewan (57 875), Nouvelle-Écosse (23 315), Nouveau-Brunswick (10 200), Terre-Neuve-et-Labrador (7790), Territoires du Nord-Ouest (3385), Yukon (1015), Île-du-Prince-Édouard (710) et Nunavut (165).

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer