L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
11 février 2020

Budget et plan triennal d’immobilisations

La Macaza dépose des prévisions budgétaires équilibrées

La Macaza a récemment déposé ses prévisions budgétaires équilibrées pour 2020 ainsi que son plan triennal d’immobilisations. Que doit-on retenir de cet exercice obligatoire d’une municipalité?

Ronald Mc Gregor , journaliste

La mairesse de La Macaza Céline Beauregard à l’hôtel de ville de la Municipalité.
La mairesse de La Macaza Céline Beauregard à l’hôtel de ville de la Municipalité.
© Photo gracieuseté – La Macaza

La Macaza prévoit des dépenses et des revenus de 3 279 575,34$ pour l’année financière 2020. Au tableau des dépenses il y a les incompressibles, celles que l’on ne peut contrôler ou juste un peu. Il s’y trouve les quotes-parts de l’Agglomération de Rivière-Rouge « qui fait un bond significatif de 11,5%. La quote-part de la MRC d’Antoine-Labelle est en hausse de 11%. La quote-part de Tricentris pour le traitement des matières recyclables est en hausse de 320%. Cette hausse impressionnante s’explique par les faibles débouchés pour les matières recyclables depuis que la Chine n’achète plus les ballots de matières recyclables en provenance des autres pays, dont le Canada », apprend-on de la Municipalité par voie de communiqué, daté du 30 janvier.

La mairesse Céline Beauregard revient sur les taux de taxation. « Encore cette année, le taux de base des taxes demeure inchangé à 0,7509$ par tranche de 100$ d’évaluation foncière. Il en va de même pour les immeubles industriels et non résidentiels pour lesquels le taux de taxation est maintenu à 1,9559$ par 100$ d’évaluation. Nous sommes aussi fiers de notre programme d’aide au développement économique offert aux entreprises de moins de vingt employés, situées sur le territoire de La Macaza, et cela, selon certaines conditions », dit-elle.

La cuisine collective recevra une aide financière non récurrente qui l’aidera à se structurer afin qu’en 2021, elle puisse se doter du titre d’organisme à but non lucratif. « À la demande unanime des associations de lacs, la station de lavage des bateaux, mise en place au cours de l’été 2019, sera de retour pour la saison estivale en 2020. Enfin, un inspecteur en urbanisme et environnement saisonnier s’ajoutera à l’équipe du département de l’urbanisme pour une période de douze semaines au cours de l’été. »

À la direction générale, on affirme que la santé de la Municipalité est bonne avec son ratio d’endettement qui s’établit à 0,16$ par tranche de 100$ d’évaluation foncière. Donnée que l’on peut comparer à l’endettement moyen des autres municipalités de taille comparable qui s’établissait à 1,18$ par 100$ d’évaluation en 2017 selon le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH). « C’est donc dire que La Macaza est sept fois moins endettée que les municipalités québécoises de taille comparable », selon la mairesse.

Plan triennal

Au plan triennal d’immobilisation pour 2020, 2021 et 2022, parmi les réalisations à venir ou en marche, soulignons l’aménagement de la zone multiactivités (223 866,72$ en 2020 via un règlement d’emprunt), la réfection du chemin de l’Aéroport (400 000$ en 2020 via une subvention de 360 000$ versée sur 10 ans et un règlement d’emprunt), le réaménagement de l’hôtel de ville en 2020 (600 000$ provenant d’un règlement d’emprunt de 300 000$, le reste d’une subvention), 650 000$ pour la maison communautaire en 2021 via une subvention de 260 000$ et un emprunt de 390 000$, le camping en 2020 et 2021 (1 100 000$ et 750 000$, à partir d’un emprunt de 1 200 000$ et une subvention de 650 000$).

Sur trois ans, 525 000$ seront injectés dans le réseau routier via les sommes de la TECQ; 300 000$ en 2022 pour la passerelle au pont de fer et pont couvert (autre subvention et règlement d’emprunt). Plus de détails sur le site Web de La Macaza.

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer