L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
29 juillet 2016

Le comité des citoyens de Rivière-Rouge l’espère pour 2017

Bientôt un jardin communautaire dans le secteur Sainte-Véronique?

L’an prochain pourrait voir la création du jardin communautaire du secteur Sainte-Véronique, à Rivière-Rouge dans les Hautes-Laurentides.
Paulette Valiquette dans l’espace donné par la Ville où le jardin communautaire de Sainte-Véronique verra le jour. Enfin, quand l’argent sera au rendez-vous.
Paulette Valiquette dans l’espace donné par la Ville où le jardin communautaire de Sainte-Véronique verra le jour. Enfin, quand l’argent sera au rendez-vous.
© TC MEDIA: RONALD MC GREGOR
L’an prochain pourrait voir la création du jardin communautaire du secteur Sainte-Véronique, à Rivière-Rouge dans les Hautes-Laurentides.

Malgré tout le temps et les efforts que demande le jardin communautaire du secteur L’Annonciation, le comité des citoyens de Rivière-Rouge, notamment Paulette Valiquette et Louise Guérin, planchent depuis des mois sur celui du secteur voisin.

Il sera plus étendu, bien situé et facile d’accès puisque la Ville a cédé un espace dans le parc Michel-Jr.-Lévesque, à l’endroit même où se situait la station de lavage des embarcations. Un autre avantage pour le futur jardin est son accès à l’aqueduc, l’électricité et le stationnement à portée de main.

On s’en doute, il y a des frais importants qui se greffent à cette aventure.

«?La clôture qui est là n’a que quatre pieds de haut et ça nous en prend une de six pieds?», disait Mme Valiquette le 19 juillet dernier. Pourquoi?? Les animaux qui voudraient pique-niquer dans les jardinets. «?Le terrain, la Ville nous l’accorde, mais il faut maintenant trouver les sous pour continuer.?» On frôle ou dépasse la dizaine de milliers de dollars si l’on se fie à celui du secteur L’Annonciation.

Son alliée dans l’implantation des jardins, Louise Guérin, ajoute?: «?On demande des subventions. On en a déjà une partie, mais vraiment pas assez. Ça coûte cher la clôture?!?»

On demande des subventions. On en a déjà une partie, mais vraiment pas assez.
Louise Guérin

Madame Valiquette précise qu’il est possible de rallonger les poteaux en place jusqu’à six pieds, pour moins cher, mais le grillage est dispendieux et demeure un achat obligatoire.

En processus de demande de subventions, elle confie qu’elle n’a reçu qu’un seul accusé de réception, «?du fédéral?». Les premières démarches remontent à plus de deux ans.

Des sous qui sont difficiles à trouver

«?Quand on va avoir assez d’argent pour construire la clôture, on va le faire. Et si l’on n’en a pas assez pour le reste, ça prendra le temps qu’il faut?» avance Mme Guérin. Quant à Mme Valiquette, elle croit que la tourbe pourrait être enlevée, question d’avancer le projet.

«?C’est de l’énergie remplir ces demandes-là?» poursuit Mme Guérin. «?Pour se faire ensuite dire qu’il y a un critère qui ne répond pas. Ils resserrent les critères d’ailleurs. Beaucoup sont limitatifs. Souvent, ce n’est que pour les personnes âgées. Et nous, on ne peut pas dire que l’on est dans cette catégorie, car nos jardins sont communautaires. La majorité de nos utilisateurs sont par contre des personnes âgées.?»

Pour offrir de l’aide à la réalisation du jardin communautaire de Sainte-Véronique, on peut joindre Paulette Valiquette au 819.275.2124 ou Louise Guérin au 819.275.3662.

Partager:

À ne pas manquer