L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
1 juin 2016

Un musicien de Rivière-Rouge

Nicolas Gémus chantera sur une scène des Francofolies

Au terme de sa formation à l’École Nationale de la Chanson de Granby, Nicolas Gémus se joint à ses 13 collègues pour un spectacle au célèbre Francofolies de Montréal.
Nicolas Gémus de Rivière-Rouge, finaliste de l’École Nationale de la Chanson de Granby, cuvée 2016, et bientôt sur une scène des Francofolies.
Nicolas Gémus de Rivière-Rouge, finaliste de l’École Nationale de la Chanson de Granby, cuvée 2016, et bientôt sur une scène des Francofolies.
© Catherine Vallières
Au terme de sa formation à l’École Nationale de la Chanson de Granby, Nicolas Gémus se joint à ses 13 collègues pour un spectacle au célèbre Francofolies de Montréal.

La première et dernière fois que L'Information du Nord rencontrait l'auteur compositeur interprète, il se préparait a joindre les ranges de ladite école. Il avait hâte. Alors que l'année d'apprentissage tire à sa fin, maintenant finissant, il bosse sur sa chanson qu'il va interprété le 9 juin à L'Astral de Montréal pour les Francofolies. Il aura faire son tour de chant la veille à l'auditorium Desjardins de Granby.

Il faut croire que l'année a porté fruit. «Ça été super le fun! J'ai écrit quelques chansons au cours de l'année. Ce fut enrichissant, maintenant que je termine, je peux dire que ce fut une année d'intenses formations» lance Nicolas Gémus.

Nerveux?

«C'est certain que je suis un peu nerveux, en même temps, je me sens en confiance, c'est une belle occasion, une belle façon de terminer l'année avec tout le monde.»

Bien formé pour l'évolution de ses chansons

N’entre pas qui veut à l’École Nationale de la Chanson de Granby. Le Riverougeois a certes du talent, mais il a gagné sa place à l’institution.

«?Avant d’entrer, on te le dit, il y a des exigences sur le programme intensif de 10 mois. Aujourd’hui, je peux dire que l’on a tous pris une “coche” de plus. Comme on est une quinzaine, la formation, quelque part, était personnalisée. Les profs s’adaptent à chacun et nous aident dans notre développement.?»

Évidemment, un laps de temps comme celui-là crée des liens, le public pourra le constater lors des représentations.

Le travail sur ses chansons s’est de loin amélioré.

«?J’ai appris à mieux serrer mes compositions, à définir mon style, que je sais actuellement comme du folk acoustique. J’ai aussi beaucoup appris sur la structure musicale et le texte. Mes chansons sont plus solides?» ajoute le musicien au bout du téléphone.

Nicolas Gémus travaille actuellement à la production d’un premier album avec Stéphane Rancourt. Avec son gérant Simon Savard de La Macaza, il se questionne sur le modus operandi de l’autoproduction.

L’artiste invité pour les deux spectacles mentionnés plus haut est Tire le coyote.

L’École Nationale de la Chanson a de célèbres finissants: Lisa Leblanc, Damien Robitaille, Alex Nevsky, Safia Nolin, Salomé Leclerc, Rosie Valland et Andréanne A. Malette, pour ne nommer que cela. Une véritable pépinière d’artistes!

Partager:

À ne pas manquer