L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
29 septembre 2016

Quatrième membre honoraire depuis 2013

Francine Asselin-Bélisle ambassadrice du Festival classique

Francine Asselin-Bélisle, mairesse de Lac-Saguay, est friande de musique classique. Ayant œuvré de près dans l’organisme Carrefour Bois-Chantant, responsable du Festival classique des Hautes-Laurentides, le premier reconnait son implication avec la remise d’un certificat honorifique. Elle est maintenant membre honoraire, en quelque sorte, une porte-parole du grand événement.
Au soir de sa nomination comme membre honoraire du Festival classique des Hautes-Laurentides, Francine Asselin-Bélisle, au centre, est entourée du député Sylvain Pagé ainsi que la directrice générale Martine Cardinal et la soprano Nathalie Choquette.
Au soir de sa nomination comme membre honoraire du Festival classique des Hautes-Laurentides, Francine Asselin-Bélisle, au centre, est entourée du député Sylvain Pagé ainsi que la directrice générale Martine Cardinal et la soprano Nathalie Choquette.
© Gracieuseté Lise Létourneau
Francine Asselin-Bélisle, mairesse de Lac-Saguay, est friande de musique classique. Ayant œuvré de près dans l’organisme Carrefour Bois-Chantant, responsable du Festival classique des Hautes-Laurentides, le premier reconnait son implication avec la remise d’un certificat honorifique. Elle est maintenant membre honoraire, en quelque sorte, une porte-parole du grand événement.

«J’ai mis beaucoup d’énergie pour la promotion de ce festival que je crois très important pour la région des Laurentides», assure-t-elle L’Information du Nord. Pour celle qui est maintenant membre honoraire de l’événement, l’un des plus importants du genre au Québec, le Festival classique des Hautes-Laurentides a sa place dans l’échiquier culturel des Laurentides, par sa vocation, son attrait pour une clientèle différente, sa présence sur le territoire, et plus encore. Elle ne tarit pas d’éloges.

Avec cette accolade reçue lors du concert de la diva Nathalie Choquette à Nominingue, place Francine Asselin-Bélisle auprès de Claude Gauthier, Joseph Rouleau et Richard Desjardins.

Elle espère que ces collègues feront front commun pour mousser l’événement, le faire rayonner au-delà des frontières laurentiennes.

«C’est certain que l’arrivée de Martine Cardinal et Alexandre Da Costa a fait une différence au sein du festival. Les contacts d’Alexandre sont importants. [...] Je pense que le Festival classique des Hautes-Laurentides gagne en popularité, en renom.»

Madame Asselin-Bélisle souhaite que les aides financières soient au rendez-vous, car un événement de la sorte, où des artistes parfois de l’Europe et de l’Asie ne demandent pas nécessairement le cachet d’un artiste populaire. Des orchestres, ça coûte cher et l’hébergement doit aussi être au rendez-vous.

«Il faut dorénavant occuper une place encore plus importante dans la culture. C’est ce que je fais depuis des années et j’y crois encore comme au premier jour.»

Partager:

À ne pas manquer