L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
12 février 2017

Exposition

Émotion à fleur de peau pour Sonia Robertson

Sonia Robertson, artiste de la nation Innu de Mashteuiatsh du Lac Saint-Jean, était de passage au Centre d'exposition de la gare de Rivière-Rouge pour dévoiler une oeuvre unique dans le cadre de L'Éveil du Pouvoir, un événement qui prend fin le 1er avril prochain.
L'artiste Innue Sonia Robertson présente une œuvre à discours muet, à représentation politique avec cet hommage au collège Manitou de La Macaza.
L'artiste Innue Sonia Robertson présente une œuvre à discours muet, à représentation politique avec cet hommage au collège Manitou de La Macaza.
© TC MEDIA - RONALD MC GREGOR
Sonia Robertson, artiste de la nation Innu de Mashteuiatsh du Lac Saint-Jean, était de passage au Centre d'exposition de la gare de Rivière-Rouge pour dévoiler une oeuvre unique dans le cadre de L'Éveil du Pouvoir, un événement qui prend fin le 1er avril prochain.

Une minute de silence meuble le petit espace où presqu'au centre est élevé l'oeuvre de l'artiste qui les invités admirent. C'est alors qu'elle entonne un chant amérindien qui commande l'attention. Sonia Robertson s'accompagne d'un instrument de percussion, le tambour chamanique. Une minute trente intense.

C'est ensuite la responsable du centre d'exposition de la gare, Annie Coulombe et à la mairesse de Rivière-Rouge a présenté l'artiste et lui souhaiter la plus cordiale des bienvenues.

Sonia Robertson prend la parole, s'arrête parfois dans en explicitant son oeuvre, brisée par l'émotion de rendre hommage au collège Manitou.

Un bloc une nation

Créatrice d'éléments imaginaires où se marient parfois le cinglant du réel, l'artiste a érigé l'oeuvre d'un bloc couvert d'infos sur le collège glanés ici et là sur Internet. Et il n'y en a pas beaucoup. Mais l'oeuvre parle fort et le message se fait clair.

Le lien entre l'art et les Premières Nations, spécifiquement à l'époque où le collège ses portes tous les matins pour les amérindiens, du moins pour quelques années se dessine sur la maquette au-dessus du bloc.

L'artiste souligne que l'on ne sait toujours pas pourquoi le collège a fermé en une nuit et que les archives et documents du collège, enfin presque tout, ont trouvé la voie du charnier où l'on s'est empressé de bâtir une prison sur la terre encore chaude.

L'oeuvre image donc la terre où se trouvent les dits documents et le grand bloc en érection vers le ciel et d'où éclatent de petits paiers attachés à du mince fil à pêche.

«C'est comme une explosion, une débâcle, le démentèlement du collège» confie Sonia Robertson à L'Information du Nord.

L'Éveil du Pouvoir est présenté au Centre d'exposition de la gare de Rivière-Rouge situé au 682, rue L'Annonciation Nord et ce, jusqu'au 1er avril.

Partager:

À ne pas manquer