L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
2 février 2017

Exposition à Rivière-Rouge

L'artiste Sonia Robertson rend hommage au collège Manitou

L’artiste Sonia Robertson, de la nation Ilnu de Mashteuiatsh, au Lac Saint-Jean, présente L’Éveil du pouvoir, un projet artistique de commémoration du collège Manitou anciennement établi à La Macaza. Le vernissage a lieu le 10 février à 17h au Centre d’exposition de la gare de Rivière-Rouge.
L’artiste Sonia Robertson amène son art au Centre d’exposition de la gare de Rivière-Rouge jusqu’au 1er avril pour son exposition L’Éveil du pouvoir, qui se veut comme un hommage au collège Manitou.
L’artiste Sonia Robertson amène son art au Centre d’exposition de la gare de Rivière-Rouge jusqu’au 1er avril pour son exposition L’Éveil du pouvoir, qui se veut comme un hommage au collège Manitou.
© Andrée-Anne Giguère /CRC dramaturgie sonore théâtre UQAC
L’artiste Sonia Robertson, de la nation Ilnu de Mashteuiatsh, au Lac Saint-Jean, présente L’Éveil du pouvoir, un projet artistique de commémoration du collège Manitou anciennement établi à La Macaza. Le vernissage a lieu le 10 février à 17h au Centre d’exposition de la gare de Rivière-Rouge.

L’artiste s’inspire du collège en tant que lieu de réflexion et de fierté identitaire, «mais aussi comme d’un lieu potentiel de soulèvements au lendemain du dépôt d’un livre blanc intitulé La politique indienne du gouvernement du Canada, 1969», apprend-on sur le communiqué de l’événement. Ce petit livre à saveur éducative et qui a fait des vagues visait l’acquisition de savoirs traditionnels propre à leurs cultures.

Une œuvre, un rituel

Sonia Robertson rend aussi un hommage à sa défunte amie, Jeanne Fabb, artiste bien connue de La Macaza, en se nourrissant du processus de création de cette dernière. «L’œuvre sera construite comme un rituel, en relation avec le lieu physique du collège, mais aussi à partir de souvenirs et de traces matérielles et immatérielles.» L’action a lieu à la gare, la semaine précédant le vernissage et l’exposition se poursuit jusqu’au 1<@Ri>er<@$p> avril 2017.

Ceux qui veulent partager leur expérience du collège sont bienvenus et par leur geste, ils contribueront à l’œuvre.

Sonia Robertson est bachelière en Art et termine une maîtrise en Art-thérapie à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Elle a participé à de nombreux événements artistiques au Canada, en France, en Haïti, au Japon et au Mexique.

Le collège Manitou

Le collège Manitou était situé sur le terrain de l’ancienne base militaire de La Macaza, où se trouve aujourd’hui le centre correctionnel du Canada, près de l’Aéroport international La Macaza–Mont-Tremblant. L’établissement était un centre éducatif pour Inuit, Indiens (Amérindiens ou premières nations) et métis. Établi en août 1974, avec la collaboration du collège Ahuntsic de Montréal, il se vouait à la sauvegarde des différentes cultures amérindiennes du Québec.

D’après Wikipédia, «les membres du collège Manitou, (qui étaient francophones à 40%) pouvaient y obtenir un diplôme d’études collégiales. Il en résulta un mouvement d’affirmation de soi et l’on vit l’émergence de nouveaux leaders autochtones. Après quelques années d’existence, le collège fut fermé en 1976 et le gouvernement transforma ses installations en centre correctionnel.»

L’acquisition de savoirs traditionnels était aussi la mission de l’établissement.

Partager:

À ne pas manquer