L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
11 septembre 2017

Exposition à Rivière-Rouge jusqu’au 3 novembre

Guillaume Boudrias-Plouffe s’installe à la gare

Le petit-fils de Mendoza Boudrias, Guillaume Boudrias-Plouffe, expose son installation hommage au Centre d’exposition de la gare de Rivière-Rouge: Envoye-là ta garnotte : T’as du visou.

Guillaume Boudrias-Plouffe devant quelques œuvres au Centre d’exposition de la gare de Rivière-Rouge. Il y a plus encore.
Guillaume Boudrias-Plouffe devant quelques œuvres au Centre d’exposition de la gare de Rivière-Rouge. Il y a plus encore.
© RONALD MC GREGOR

Le petit-fils de Mendoza Boudrias, Guillaume Boudrias-Plouffe, expose son installation hommage au Centre d’exposition de la gare de Rivière-Rouge: Envoye-là ta garnotte : T’as du visou.

« Ce n’est pas tant le lien avec mon grand-père que la transmission d’un savoir-faire, car c’est une technique à lui, dans ce qui est de l’imitation de roche sur les façades de maisons » explique l’artiste au journal lors du vernissage de cette exposition exceptionnel à la gare de Rivière-Rouge.

Son oncle Ronald Boudrias, qui a travaillé avec Mendoza, a partagé la méthode de travail de la matière si propre à ce dernier, la "garnotte" comme le dit l’artiste. Rien de plastique.

« Juste avec les explications, j’ai fait une partie des œuvres qui sont ici, les roches flottantes sur les pyramides de bois, certaines ont plus de technique d’agrégats, d’autres moins. Mon oncle m’a montré comment on fait les joints, comment l’on envoyait la garnotte sur le mur pour qu’elle tienne bien, avec les outils de mon grand-père. »

Une méthode qui s’effrite

Au centre d’exposition, les visiteurs peuvent admirer le travail du stucco, cette méthode de travail de construction fort populaire il y a des décennies. Même si l’on perçoit le travail du corps de ce métier comme tout bonnement un travail dans sa plus simple forme, il reste à la fin du jour, un art constamment rejeté par l’intelligentsia du Québec (pour rester à la maison), elle qui se pâme devant l’urinoir de Marcel Duchamp, ce classique sans la "paparmane" de toilette.

La forme d’art que présente Guillaume Boudrias-Plouffe jusqu’au 3 novembre en est une qui s’érode, malgré sa présence sur quelques maisons de la région.

« D’avoir appris à manier les outils de mon grand-père m’a beaucoup apporté. »

Pour en connaître plus, vous serez surpris, voir: www.lafabriqueculturelle.tv/capsules/5995/guillaume-boudrias-plouffe-envoye-la-ta-garnotte

 

Partager:

À ne pas manquer