L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
9 novembre 2015

Marathon Desjardins de la vallée de la Rouge 2015

Au-delà des chiffres, les retombées humaines

Le coordonnateur de la 4e édition du Marathon Desjardins de la vallée de la Rouge, Luc Lefebvre, présente le bilan de l'activité la plus importante de la Rouge.
L'ex-candidate bloquiste Johanne Régimbald et l'ex-coordonnateur du Marathon Desjardins de la vallée de la Rouge, Luc Lefevbre.
L'ex-candidate bloquiste Johanne Régimbald et l'ex-coordonnateur du Marathon Desjardins de la vallée de la Rouge, Luc Lefevbre.
© TC MEDIA : RONALD MC GREGOR
Le coordonnateur de la 4e édition du Marathon Desjardins de la vallée de la Rouge, Luc Lefebvre, présente le bilan de l'activité la plus importante de la Rouge.

D'entrée de jeu, M. Lefebvre a présenté ce que plusieurs savaient déjà: «Dépassement personnel, engagement bénévole, fierté et support du milieu résument bien le succès du 4e Marathon... Tous les participants, petits et grands étaient gagnants à voir la fierté dans leurs yeux à l’arrivée», qui, rappellons-le, s'est tenu à Rivière-Rouge et Nominingue le 11 octobre. Il tenait ces propos devant une vingtaine de membres de la SDC, comme invité lors de leur AGA.

Plein air Haute-Rouge (PAHR), qui orchestre le marathon depuis l'an un, a fait un suivi après l'évément auprès des participants. Question d'évaluer les retombées économiques. Un échantillon de 75 personnes a répondu. M. Lefebvre: «Pour le weekend du marathon, les retombées locales ont été de 20 500$ selon une règle de trois; auquel montant il faut ajouter les 34 100$ d’inscriptions. Au total, on parle de près de 55 000$. Les retombées directes se constatent en hébergement, restauration (restos et épicerie), gaz, boutiques…» Deux établissements hôteliers affichaient complet. Soulignons que plusieurs participants de l'extérieur étaient héberger chez des connaissances.

On ne tient pas compte ici des retombées indirectes de rayonnement du milieu (faire connaître la place), de l’impact social (fierté personnelle et communautaire), des achats précédents de vêtements ou souliers, des visites futures.
Luc Lefevbre

D'entrée de jeu, M. Lefebvre a présenté ce que plusieurs savaient déjà: «Dépassement personnel, engagement bénévole, fierté et support du milieu résument bien le succès du 4e Marathon... Tous les participants, petits et grands étaient gagnants à voir la fierté dans leurs yeux à l’arrivée», qui, rappellons-le, s'est tenu à Rivière-Rouge et Nominingue le 11 octobre. Il tenait ces propos devant une vingtaine de membres de la SDC, comme invité lors de leur AGA.

Plein air Haute-Rouge (PAHR), qui orchestre le marathon depuis l'an un, a fait un suivi après l'évément auprès des participants. Question d'évaluer les retombées économiques. Un échantillon de 75 personnes a répondu. M. Lefebvre: «Pour le weekend du marathon, les retombées locales ont été de 20 500$ selon une règle de trois; auquel montant il faut ajouter les 34 100$ d’inscriptions. Au total, on parle de près de 55 000$. Les retombées directes se constatent en hébergement, restauration (restos et épicerie), gaz, boutiques…» Deux établissements hôteliers affichaient complet. Soulignons que plusieurs participants de l'extérieur étaient héberger chez des connaissances.

Partager:

À ne pas manquer