L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
15 septembre 2015

Gibier en folie à Nominingue

Les chasseurs sont bénis

Célébration sobre, mais teintée d’un fort sérieux fond de chasse, celle du Gibier en folie tenue le week-end dernier à Nominingue. Les fonds amassés lors de cet évènement serviront à la sauvegarde du patrimoine religieux et culturel de Nominingue et seront bientôt à la Fondation St-Ignace-de-Loyola.
© RONALD MC GREGOR
Célébration sobre, mais teintée d’un fort sérieux fond de chasse, celle du Gibier en folie tenue le week-end dernier à Nominingue. Les fonds amassés lors de cet évènement serviront à la sauvegarde du patrimoine religieux et culturel de Nominingue et seront bientôt à la Fondation St-Ignace-de-Loyola.

La journée commence par une messe célébrée par le père Jean-Claude Pelletier, revêtant le dossard de chasseur pour l’occasion, qui, dans son homélie, dressait un parallèle avec la chasse comme on la connait et la chasse à l’homme dans une dimension plus spirituelle, plus religieuse, le secourt des âmes, quoi. Il est appuyé dans l'enceinte liturgique par le «calleur» d'original Guy Peiffer. Ce moment vécu au pied des gibiers de l'Arche de Noah.

À la fin de la cérémonie, la bénédiction de St-Hubert, qui apporte chance et protection aux chasseurs, est récitée par le Père et les chasseurs qui s'attroupent près de l'autel.

Après quoi, la majorité des participants se dirigent vers la salle communautaire où se tenait un grand festin dans la salle comble de 150 convives.

Un diner gastronomique de gibier

Il y a un but dans cette activité. France Charbonneau responsable de l'évènement: «C'est avant tout une activité communautaire qui se veut rassembleuse avec un clin d'œil aux chasseurs. Les nouveautés cette année est l'exposition des trophées de chasse des chasseurs Louis Généreux et Richard Archambault, l'exposition de tableaux de gibier de Jacques Lacoste inspirés des paysages de la région, de Lise Godard pour la chasse à courre, de Pierre Campeau pour la chasse aux canards, de Francine Daniel pour son artisanat amérindien, de Jacques Lalonde pour ses canards sans oublier l'orignal sculpté de Richard Lemieux souhaitant la bienvenue aux gens, à l'entrée de la salle où se servait le diner gastronomique de gibier signé Heiko et Nancy de l'Île de France.»

Le comité organisateur est composé de Christiane Lefrancois, Chantal Thérien, Carole Tremblay, André Campeau ainsi que France Charbonneau, elle qui souligne que sans l'implication de nombreux bénévoles, de la maison des jeunes, de la générosité des commanditaires, de la participation de la population à l'évènement,  la réussite de cette journée aurait été impossible.

Partager:

À ne pas manquer