L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
13 août 2019

5e ronde du championnat de la FMSQ

Les coureurs locaux se distinguent à Ste-Véronique

Le promoteur des courses liées à la Fédération des motocyclistes de sentiers du Québec (FMSQ) au secteur Sainte-Véronique, Marc Décaire, qualifie la fin de semaine du 3 et 4 août comme une grande réussite. Finalement, des coureurs de la région ont livré de belles performances.

Ronald Mc Gregor , journaliste

Un des départs canon de la classe Expert.
Un des départs canon de la classe Expert.
© (Photo L’information du Nord – Ronald Mc Gregor)

Marc Décaire de CMM Sports travaille activement à ces courses annuelles depuis 13 ans. Pour lui, quand se terminent les courses, qu’aucune personne ne soit sérieusement blessée est aussi un gage de succès. Mais quand un ou des participants de la région se démarquent sur les pistes, c’est un plus.

« J’avoue être surpris par la performance de Brian Broekeart », s’exclame Marc Décaire. Broekeart (173) réside dans le secteur Sainte-Véronique et est bien familier avec la piste et son parcours. « Il a gagné la 3<@R3>e<@$p> place en quad et le lendemain, il gagne en deux roues! Même le jeune William Crête de Saint-Faustin a fait une bonne course. Il est parti de Deschambault samedi soir après une course pour être ici le lendemain. Et il a gagné en plus! »

Le taux de participation aux compétitions se maintient selon le promoteur, soit près de 600 coureurs. À la FMSQ, on lui dit que le taux serait plutôt vers 545 participants. « Peu importe, c’est ici qu’il y a le plus de monde que l’on m’a dit. Je suis fier de ça. Même le député David Graham est venu un bon bout de temps pour le spectacle. »

Une piste "sur la coche"

Les pistes du circuit de Sainte-Véronique font l’envie de plusieurs promoteurs et Marc Décaire le sait bien, c’est d’ailleurs pourquoi lui et son équipe se donnent à 100% pour offrir aux coureurs une piste sécuritaire sur un terrain pour le moins parfait par sa consistance. « Nous, on voit une roche sur le parcours, on l’enlève. Je ne veux pas que personne ne se blesse, coureurs ou spectateurs. Le terrain est plus sec qu’en septembre? On arrose. En plus, j’ai des bénévoles, des jeunes de la maison des jeunes de Sainte-Véronique qui sont toujours là. On les voyait cette année aux drapeaux sur le parcours. Ils adorent ça. Alors pourquoi ça marche ici ? C’est à force de travailler pour tout le monde. C’est simple comme ça. »

Il poursuit comme une moto vers le fil d’arrivée en soulignant que plusieurs personnes qui n’étaient pas venues à Sainte-Véronique depuis des années, participants ou spectateurs, sont surprises des changements depuis leur dernier passage. 

Plus de place encore

Du côté de l’achalandage, rien n’a changé, il se crée un village important sur le terrain. Des dizaines et des dizaines de roulottes et autres types d’hébergement s’installent pour souvent trois soirs, afin d’être dans le feu de l’action.

Marc Décaire, pour laisser plus de place aux roulottes, avait rasé un peu une butte qui fait perdre de l’espace. Ce village est synonyme d’économie régionale alors que ces gens ont besoin d’essence, de quoi manger, etc.

Somme toute, la fin de semaine de la 5<Re>e<@$p>  ronde s’est déroulée sous une belle température et plusieurs sont repartis fiers de leur performance.

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer